Combats FARDC - M23 : À la porte de Goma, la situation sécuritaire demeure tendue

Photo : Droit tiers

Une nouvelle ligne de front, s'est ouverte à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Il s'agit de la commune rurale de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo qui a été prise pour cible depuis tôt la matinée de mardi dernier, forçant des milliers de personnes à fuir.

Ce mercredi 25 mai, c'est de plus en plus tendu et l'on apprend que plusieurs localités sont tombées entre les mains des rebelles du M23 (Mouvement du 23 mars), qui bénéficieraient du soutien des militaires rwandais sur le long de la frontière.

« Ce matin depuis 5h à Kingarame et Izuru dans le groupement de Kibumba, le 3408e régiment militaire était installé mais il a été délogé, et la zone est en ce moment même occupée par l'ennemi, pour l'instant ce régiment est dans le village Rufunga en groupement de Buhumba », confie Boniface Kyechire, bourgmestre de la commune rurale de Kibumba joint ce mercredi par 7SUR7.CD.

La crise pourrait être encore un peu plus grande, quand on sait que le groupement Kibumba est l'un des plus grands marchés des légumes au Nord-Kivu et la ville de Goma s'y ravitaille régulièrement. Dans la foulée, l'on apprend en même temps que le trafic sur la route Goma - Rutshuru est coupé.

« Le centre de Kibumba est sérieusement menacé, la population continue de fuir avec les bétails et des biens de première nécessité. Il y a urgence que le gouvernement cherche comment renforcer les éléments FARDC pour repousser ces inciviques », poursuit le bourgmestre.

Il sied de rappeler que c'est aux premières heures de la matinée du 21 mai que les M23 ont relancé les hostilités à Shangi et Rubona, dans le groupement Bweza, en territoire de Rutshuru, en violation des clauses du conclave de Nairobi. Des positions de l'armée et de la MONUSCO ont également été attaquées.

Glody Murhabazi, à Goma