Nord-Kivu : Les FARDC condamnent « l'invasion » de l'armée Rwandaise à Bunagana

Photo : Droit tiers

Les Forces Armées de la République démocratique du Congo confirment l'attaque de la cité frontalière de Bunagana ce lundi 13 juin 2022 par les rebelles du M23, qui contrôlent désormais la zone après d'intenses combats avec l'armée loyaliste.

Dans une communication officielle faite dans la soirée de ce lundi, les FARDC affirment une nouvelle fois que les M23 ont été soutenus par les militaires rwandais, qui ont cette fois attaqué « à découvert ». L'armée condamne une « invasion ».

« Les Forces de défense du Rwanda ont cette fois et à découvert, décidé de violer l'intangibilité de notre frontière et l'intégrité de notre territoire en occupant la cité frontalière de Bunagana. Ce qui constitue ni plus ni moins, une invasion de la RDC et les FARDC tireront toutes les conséquences qui s'imposent et défendront la partie », a déclaré le Général Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu au micro tendu par 7SUR7.CD.

La tension est vive depuis la matinée de ce lundi à Bunagana, une région stratégique pour l'économie de la province du Nord-Kivu et du pays, étant donné que la RDC partage ses frontières avec l'Ouganda notamment à Bunagana. D'ailleurs des civils se sont réfugiés dans ce pays voisin.

Dimanche, l'armée avait déjà fait savoir que l'objectif du Rwanda est d'occuper Bunagana, en vue « d'asphyxier la ville de Goma ». Jusqu'à présent, le Rwanda continue de nier son implication alors que plusieurs images montrent ses militaires sur le sol congolais.

Alphonse Muderwa