Accusé d'avoir trahi la RDC, le fils de Museveni veut rencontrer Félix Tshisekedi : « C'est mon grand président, je suis son petit frère », dit-il 

Droits tiers

Lors de la plénière du 14 juin 2022, le président de l'Assemblée nationale Christophe Mboso a accusé le fils du président Ougandais, Muhoozi Kainerugaba, d'avoir trahi la République démocratique du Congo en pactant avec le Rwanda. 

Et la réaction du concerné n'a pas tardé. Via Twitter, le commandant en chef de l'armée de terre ougandaise a émis le vœu de rencontrer le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qu'il affirme être son grand président et son grand-frère. 

« J'aimerai rencontrer mon grand président en RDC bientôt. Je suis son petit frère. Nous pouvons facilement résoudre ces problèmes. Nous ne devrions servir que les intérêts de Dieu Tout-Puissant et de nos peuples », a-t-il écrit le même mardi sur son compte Twitter. 

Dans la foulée, Muhoozi Kainerugaba a indiqué qu'ils continueront à protéger la RDC en tant que membre de la Communauté de l'Afrique de l'Est.

« Malgré l'inutile bellicisme de certaines personnes égarées en RDC, nous ne nous écarterons pas de la position selon laquelle la RDC fait désormais partie de la Communauté de l'Afrique de l'Est ! Et nous le protégerons comme n'importe quel autre pays de notre communauté », a-t-il fait savoir.

Les relations entre la République démocratique du Congo et quelques-uns de ses voisins ne sont pas au beau fixe depuis un moment. C'est notamment le cas de la République du Rwanda. L'Ouganda a aussi récemment été cité par les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

En effet, selon l'armée congolaise, les militaires ougandais s'étaient associés à l'armée rwandaise et aux terroristes du M23 pour lancer l'assaut qui a permis de conquérir la cité frontalière de Bunagana dans la province du Nord-Kivu. 

Jephté Kitsita