Tribune - Affaire Réserves minières de TFM : L'administrateur provisoire nommé par la justice convoque la Gécamines et la société CMOC  

Droits tiers

C'est une réunion très importante qui devait avoir lieu ce jeudi 16 juin 2022 au siège de la société Tenke Fungurume Mining. Convoquée par M. Sage NGOIE MBAYO désigné administrateur provisoire de TFM le 03 mars 2022 par le truchement du jugement sous RAC 2924 prononcé par le tribunal de Commerce de Lubumbashi, cette réunion devait permettre à L'administrateur de discuter sur les modalités de collaboration avec les deux principaux associés en conflits d'intérêts. 

Malheureusement la partie Chinoise CMOC ne s'étant pas présentée,  seule la GECAMINES s'est présentée à travers son Directeur Général Adjoint Leon Mwine .

Et pourtant, alors que l'opinion avait été follement alertée sur des sommes que ces chinois auraient déjà versés prétendument à l'ambassadeur Dany Banza Maloba,  les faits démontrent bel et bien  le contraire,  à savoir que l'affaire est bel et bien gérée au niveau de la justice qui a déjà désigné un administrateur provisoire qui a entre autres missions de concilier les deux associées sur les questions divergentes à savoir martèle la justice l'accès aux informations techniques et la détermination des droits des parties sur les réserves minières. Citer l'ambassadeur Dany Banza à ce stade ne relève plus que de la mauvaise foi doublée dune volonté de nuire .

Ainsi donc à en croire le directeur général adjoint de la GECAMINES Leon Mwine qui tenait à tout prix à ce que cette société soit remise dans ses droits à travers la justice , c'est L'administrateur provisoire qui peut poser des actes réels pouvant profiter à toutes les parties en conflit. 

Le cadre technique d'échange étant ainsi tracé par le pouvoir judiciaire,  il est impossible qu'un individu puisse gérer le dossier en aparté. 

Il apparaît de plus en plus évident que même toutes les accusations portées contre le chef de l'État Félix tshisekedi et l'ambassadeur Dany Banza Maloba sur la soit disante perception d'un montant d'un milliards des dollars,  s'avèrent farfelues étant donné le cadre des discussions est bel et bien connu. Le même constat pousse tout analyste aguerri à comprendre pourquoi les grands médias se sont méfiés de relayer lesdites accusations qui étaient certainement l'œuvre de quelques personnes qui se sont cachées derrière quelques comptes fictifs ou médias périphériques. 

Tous les regards sont donc tournés vers la Ministre de la Justice qui gère le dossier au niveau du gouvernement et les séances techniques qu'est appelé à animer L'administrateur provisoire en vue de faire la lumière sur ce dossier.

 De l'avis d'autres analystes , les deux chambres du Parlement pourraient également se saisir de ce dossier à travers les mécanismes légaux d'interpellation des autorités du secteur minier afin d'être édifié sur la question. Ceci pourrait permettre à toute la population d'être éclairée suffisamment sur le dossier CMOC-GECAMINES .

James Kabwe Lusa Analyste politique, chercheur indépendant en sciences politiques et administratives