62e anniversaire de l’indépendance : « Il est temps que la classe politique congolaise quitte la vieille conception du pouvoir comme privilège individuel », (Révérend Bokundoa)

Droits tiers

Le révérend André Bokundoa, représentant légal de l'Eglise du Christ au Congo (ECC) appelle la classe politique congolaise à quitter la « vieille conception du pouvoir comme privilège individuel ou d’un groupe d’individus pour enfin devenir des véritables serviteurs valables de l’Etat ». 

Il l'a dit dans une lettre pastorale adressée au peuple congolais, aux religieux et aux leaders politiques à l'occasion du 62ème anniversaire de l'accession de la République démocratique du Congo (RDC) à l'indépendance.

"62 ans après l’indépendance, il est temps que la classe politique congolaise quitte la vieille conception du pouvoir comme privilège individuel ou d'un groupe d’individus pour enfin devenir de véritables serviteurs valables de l’Etat...il importe de rappeler que la force morale et politique de Patrice Émery Lumumba et ses compagnons reposait sur la cohérence entre la parole et l’action", a-t-il dit.

Et de poursuivre : "C’est aussi l’occasion de demander au peuple congolais de faire preuve de  maturité en devenant exigeant vis-à-vis de la classe dirigeante de notre pays. Exigeant par rapport aux traités et accords que l’on signe en notre nom, des lois que l’on produit pour la marche de notre pays, le niveau de l’indépendance de notre Justice, le niveau du respect de leur responsabilité à nous protéger et l’orientation que l’on donne au processus électoral".

Pour le numéro un de l’ECC, l'unité nationale qui est l'un des héritages du combat politique de Lumumba (l'un des héros de l'indépendance du pays), ne sera construite que par un processus électoral capable de légitimer les institutions du pays.

« Où est passée l’élite intellectuelle du pays ? Quelle conscience anime les leaders politiques et sociopolitiques de notre pays à ce jour ? Quelle est la qualité de la mission qu’accomplissent les religieux de ce pays ? Quel type d'engagement citoyen et patriotique détermine notre jeunesse actuelle ? Quel type de formation donnons-nous à nos enfants pour la relève du pays ? Avec quelle qualité de processus électoral veut-on légitimer les institutions et construire l’unité nationale ?...Ce qui nous pousse à nous questionner le sens de la célébration de notre indépendance à ce jour », s’est-il interrogé.

Citant entre autre la référence biblique de Matthieu 11, 21-22, le révérend André Bokundoa a appelé les acteurs politiques actuels à écouter l'appel des pères d'église au patriotisme et à l'unité nationale pour privilégier l'intérêt supérieur de la Nation.

« Comme pour dire que si les sonnettes d’alarme, les appels au patriotisme et à l’unité nationale, les avertissements de l’Eglise avaient été lancés à nos pères de l’indépendance, ils se seraient unis et auraient privilégié l’intérêt supérieur de la Nation. C’est pourquoi je vous dis : notre jugement sera plus sévère que celui de nos précurseurs », a-t-il estimé. 

Selon lui, la RDC est dans une crise multiforme dans laquelle elle ne pourra sortir que grâce à la conscience collective et à l’unité nationale.

« C’est pourquoi la Bible montre en 1 Corinthiens 12,12-31 l’exigence de l’unité dans la construction d’une société forte et prospère par la reconnaissance des mérites ainsi que le respect du rôle des uns et des autres. C’est ici l’occasion pour nous, Église du Christ au Congo, de lancer encore une fois l’appel à l’unité nationale et à la conscience collective  des fils et  filles de la République Démocratique du Congo », conclut-il. 

Pour rappel, c’est ce jeudi que la République démocratique du Congo fête son 62ème anniversaire d’accession à l’indépendance. C’est en cette même date que la dépouille de Patrice Emery Lumumba a été inhumée au Mémorial construit à la Place Échangeur de Limete.

Moïse Dianyishayi