Butembo : Des manifestants anti-MONUSCO toujours au rond-point VGH avec les corps des victimes

Photo tiers

Les manifestants anti-MONUSCO assiègent le rond-point VGH en plein centre-ville de Butembo (Nord-Kivu) avec les corps des victimes, ce vendredi 29 juillet 2022. Jusqu'aux heures vespérales (20 heures locales : Ndlr), un bain de foule entourait les cercueils. 

L'enterrement des victimes des manifestations anti-MONUSCO n'a plus eu lieu ce vendredi. Les autorités de Butembo et les organisateurs de ce deuil commun n'ont pas pû trouver un terrain d'entente quant au lieu des obsèques. 

L'incompréhension a démarré dès les heures d'avant-midi. Les mouvements citoyens, groupes de pression et autres associations ont choisi d'enterrer les leurs à l'espace Froride situé à MGL au quartier Congo ya Sika dans la commune Vulamba. Là, ils ont rencontré la Police sur leur chemin faute d'autorisation. 

Mi-journée, c'est des pourparlers entre les parties prenantes. L'issue de la rencontre débouche sur le cimetière de Kitatumba.

Vers la soirée, les protestataires décident alors de retirer les corps de la morgue de l'hôpital général de Matanda. Direction : le rond-point VGH où ils décident d'organiser une veillée mortuaire. La Police tente de contenir la tension mais elle monte d'un cran. La situation dégénère. Les services de sécurité font alors usage de bombes à gaz lacrymogènes pour disperser quelques-uns. Jusqu'à 20 heures locales de ce vendredi, les manifestants étaient encore visibles sur le lieu. 

Mardi, des manifestations anti-MONUSCO se sont soldées par la mort d'au moins 9 civils, 3 casques bleus de la mission onusienne ainsi que 24 blessés. Le gouverneur militaire du Nord-Kivu a dû appeler au calme ainsi qu'à la retenue. Il a également instruit la Police et l'armée d'empêcher toute nouvelle protestation contre l'ONU : « le partenaire privilégié de la RDC. »

Joël Kaseso, à Butembo

Étiquettes