RDC : Le Gouvernement décide de réévaluer le plan de retrait de la MONUSCO

7SUR7.CD

A l'issue de la réunion de crise consécutive aux manifestations anti-MONUSCO et aux incidents tragiques survenus au poste frontière de Kasindi que le chef de l'Etat a présidée le lundi 1er août 2022 dans la soirée à la Cité de l'UA, le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya a fait savoir que le bilan de tous ces événements fait état de 36 morts.

Les présidents de deux chambres du parlement, le premier ministre ainsi que les membres de la commission spéciale du gouvernement déléguée dans le  Nord Kivu, ont pris part à cette réunion.

« Dans son rapport, la commission spéciale conduite par le ministre de l'intérieur a donné un bilan humain de 36 morts répartis comme suit: 13 morts à Goma, 13 morts à Butembo dont 4 casques bleus, 4 morts à Uvira, 3 morts à Kanyabayonga et 3 morts à Kasindi », a indiqué le porte-parole du gouvernement cité par la Cellule de communication de la Présidence.

En outre, Patrick Muyaya a souligné qu’il a été dénombré près d'une de 170 blessés".

« La commission gouvernementale a aussi eu des entretiens avec plusieurs acteurs de la société civile à Goma et à Butembo. Au cours de ces entretiens, les populations ont formulé une demande claire : celle de voir partir de la RDC la MONUSCO », a-t-il renchéri.

De ce qui précède, le gouvernement a été instruit de diligenter une réunion avec la MONUSCO en vue de réévaluer le plan de son retrait convenu en vertu de la résolution 2556 du Conseil de Sécurité.

Pendant la réunion, le président Tshisekedi a aussi fait part de son entretien ce jour avec le secrétaire général de l'ONU qui lui a exprimé ses vives condoléances après les incidents graves survenus à la frontière entre la RDC et l'Ouganda.

Toujours selon la même source, Félix Tshisekedi lui a aussi fait part de sa totale désapprobation du comportement des casques bleus à la base de ces incidents et de la nécessité de s'assurer que les coupables soient sévèrement sanctionnés.

Jephté Kitsita