Appels d’offres des blocs pétroliers : Anthony Blinken souhaite que l’exploitation ne compromette pas le rôle de la RDC de « pays solution »

Droits tiers

Lors de la conférence de presse conjointe entre le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, et le ministre congolais des affaires étrangères, Christophe Lutundula, à Kinshasa le 9 août, le sujet de l'appel d'offres de 27 blocs pétroliers et 3 gaziers, récemment lancé par le gouvernement congolais, a été évoqué.

Pour le secrétaire d'Etat américain, la RDC est en droit d'exploiter ses ressources mais sans toutefois compromettre l'équilibre de sa biodiversité.

« Nous avions des préoccupations quand on a parlé de cet appel d'offres. Certains de ces blocs pétroliers contiennent des tourbières et d'autres touchent les aires protégées comme par exemple le parc des Virunga. Le président Tshisekedi m'a dit lors de notre échange que la RDC voudrait rester pays solution quand il s'agit de la protection de l'environnement et de la promotion de la biodiversité » a dit Antony Blinken

Et d'ajouter: « On veut donc s'assurer que ce qui a été envisagé puisse se faire mais en réalisant au préalable des études d'impact environnemental. Que cette exploitation ne se fasse pas d'une manière qui nuise à l'environnement ou qui compremet le rôle que la RDC a d'être pays solution ».

Côté congolais, Christophe Lutundula a rassuré que le gouvernement est déterminé de respecter ses engagements internationaux de protéger la biodiversité.

« Nous restons fermes par rapport à notre engagement de protéger la biodiversité. Nous n'allons pas nous en départir, soyez-en rassurés », a déclaré le ministre congolais des affaires étrangères.

Cependant, l'enjeu pour l'exécutif congolais est de trouver l'équilibre entre le bien-être de la population et la protection des écosystèmes biologiques.

« Nous protégeons l'écosystème pour le bien de l'homme. Cet homme qui doit manger, qui doit s'épanouir, avoir de l'électricité et l'eau. Aujourd'hui la RDC se trouve dans ce paradoxe qui fait qu'elle est vachement riche mais avec une population qui a besoin du bien-être. Evidemment l'enjeu c'est de trouver l'équilibre entre le bien-être de l'homme congolais et la nécessité de lui garantir, et à travers lui toute l'humanité, un cadre écologique sain. Nous faisons justement que la nature, dans ce qu'elle a de riche pour notre pays, profite à l'homme congolais sans détruire l'écosystème écologique », a renchéri Christophe Lutundula. 

Notons que les gouvernements congolais et américain ont convenu de mettre en place un groupe commun de travail sur cette question. D'après Antony Blinken, ce groupe aura comme tâche « d'une part, de protéger les ressources naturelles que la RDC regorge car certaines sont irremplaçables, pour qu'on ne puisse pas les endommager. Et d'autre part, que l'appui nécessaire puisse être accordé à la RDC afin de créer des opportunités pour la population congolaise ».

Bienfait Luganywa