RDC : Le Conseil norvégien pour les réfugiés clôture son projet qui a ciblé 630 jeunes dans des activités entrepreneuriales à Butembo

Photo 7SUR7.CD

La réunion de clôture du projet : « Accompagner les jeunes vers une transition des opportunités de subsistance en RDC », exécuté par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a eu lieu en ville commerciale de Butembo (Nord-Kivu) dans l’Est de la République démocratique du Congo, ce lundi 12 septembre 2022. Durant trois ans, ce projet a ciblé 630 jeunes formés et encadrés dans divers métiers afin notamment de contribuer au développement de la région à travers des activités entrepreneuriales. 
 
Ledit projet ira jusqu’en fin septembre prochain. Mais, l’annonce de sa clôture a eu lieu ce lundi. Ces cérémonies ont vécu dans la salle Maria Mama, en commune Mususa. Le lancement des cérémonies a été fait par le Chef urbain de la jeunesse, Augustin Kalindwe, qui a représenté le maire de Butembo. 

Il a, dans son discours d’ouverture, loué le souci de l’Organisation internationale NRC à contribuer à l’essor de cette entité grâce à ce projet qui a permis à 630 jeunes bénéficiaires d’entreprendre dans de nombreux métiers. 

Photos 7SUR7.CD

« Je tiens, de prime à bord, à remercier sincèrement les responsables de l’Institution internationale Conseil norvégien pour les réfugiés pour le souci majeur qu’elle a accordé à nos populations dans la mise en œuvre d’un projet dont vient de bénéficier, au total, 630 jeunes durant deux promotion : l’année 2019-2020 et l’année 2021-2022. Retrouvez ici la gratitude du maire de Butembo, le Commissaire supérieur principal Mowa Baeki-Telly Roger en mission de service, qui m’a délégué de le représenter à cette cérémonie de grande envergure. Chers compatriotes, la jeunesse est le levier de la société en maturité. C’est pourquoi, nous réitérons nos remerciements au Conseil norvégien pour les réfugiés à travers l’Ambassade de la Suède », a-t-il déclaré au micro de 7SUR7.CD. 

Dès ce discours, d’autres allocutions ont été prononcées en présence des autorités étatiques, paraétatiques dont des chefs de centre de formation, Mentors ainsi que certains jeunes bénéficiaires. Dans cette perceptive, le représentant du NRC a présenté le schéma de pérennisation pour ce projet. 

Un satisfecit des bénéficiaires

Les bénéficiaires de ce projet qui renforce également l’inclusion financière, se sont montrés reconnaissants vis-à-vis du Conseil norvégien pour les réfugiés. Ils sont néanmoins revenus sur quelques faiblesses qui ont entaché l’exécution du projet, tout en apportant des recommandations.  

Photos 7SUR7.CD

« Pour la première promotion, la formation a été bonne et suffisante ; parce qu’il y avait suivi. Nous avions de matériels suffisants. Nos crèches étaient bien équipées et opérationnelles. Notre stage s’était bien passé. Il y avait des visites de formateurs aux lieux de stage, au moins trois fois par semaine. Les frais de taxi ou motivation arrivaient en temps, le paiement des taxes pour les nouvelles petites et moyennes entreprises assurées par le NRC. Les points négatifs : l’alphabétisation avait commencé avec retard ; il y a eu insuffisance de suivi des Mentors par NRC ; incompétence des Mentors surtout pour la deuxième promotion, où les mécaniciens ou les informaticiens se plaignaient lors du suivi au lieu de stage. Nous avons les recommandations suivantes : la recherche des Mentors dynamiques, compétents ou encore qualifiés, le suivi des bénéficiaires par le NRC », ont-ils exhorté. 

Contexte 

Photos 7SUR7.CD

Le projet : « accompagner les jeunes pour une transition vers les opportunités de subsistance en RDC » est financé par l’ambassade suédoise. Il est exécuté par le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) depuis janvier 2019. Ce projet qui a visé 1.800 jeunes dans des activités entrepreneuriales a ciblé trois villes : Kananga (Kasaï-Central), Uvira (Sud-Kivu) et Butembo (Nord-Kivu). Il ira jusqu’en fin septembre prochain. En ville de Butembo où l’annonce solennelle de la clôture de ce dernier a été faite, 630 jeunes ont été encadrés sous deux cohortes. La seconde cohorte a été constituée de 430 personnes. Celles-ci s’estiment à la hauteur de contribuer à l’essor économique de la région grâce à l'encadrement subi.

Joël Kaseso, à Butembo

Étiquettes