Journée Internationale de la paix : Les jeunes du Nord-Kivu appelés à l'unité pour faire échec à la déstabilisation du pays

Photo 7SUR7.CD

La Division Provinciale de la Jeunesse du Nord-Kivu a organisé une conférence-débat ce mercredi 21 septembre 2022 en ville de Goma, à l'occasion de la commémoration de la Journée Internationale de la Paix.

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD à l'issue de cette activité, Guy Kibira Ndoole, chef de cette division, a invité les jeunes du Nord-Kivu à être solidaires pour faire échec aux tentatives de déstabilisation du pays, avec notamment l'occupation de la cité de Bunagana par les rebelles du M23.

« Nous voulons que les jeunes qui participent au débat d'aujourd'hui, rentrent avec un plus et qu'ils se comportent en artisans de la paix, pour que cesse l'extrême violence qui s'observe sur l'étendue de la province parce que les gens sont indignés, révoltés et même sidérés par l'occupation d'une partie du territoire Congolais. Nous sommes prêts et disposés à tenir en échec toute personne qui voudra déstabiliser notre pays. Et pour y arriver, il faut que nous soyons unis, solidaires et que nous parlions un même langage », a déclaré Guy Kibira Ndoole.

Cette Journée Internationale de la Paix, coïncide avec la tenue de la 77e Assemblée Générale ordinaire des Nations-Unies qui se tient à New-York. Une occasion pour la Division Provinciale de la Jeunesse du Nord-Kivu, de saluer le discours tenu par le président de la République, Félix Tshisekedi, qui a dénoncé « haut et fort » le soutien du Rwanda aux rebelles du M23.

« Nous pensons que ce message qui est l'expression des aspirations des Congolais, de voir les guerres à répétition prendre fin, sera pris en compte par les instances des Nations-Unies », souhaite Guy Kibira, ancien président du Conseil Provincial des Jeunes avant d'être nommé à la Division.

La paix est une denrée rare dans la province du Nord-Kivu en particulier et généralement dans l'Est de la RDC. Plusieurs jeunes s'enrôlent même dans les groupes armés et commettent un nombre important de crimes. Les autorités congolaises continuent de lancer des appels à la reddition dans le cadre du Programme de désarmement, démobilisation, réinsertion communautaire et stabilisation.

Glody Murhabazi, à Goma