RDC : « Préoccupé » par la situation à Kwamouth, Godé Mpoy appelle G. Ngobila à la vigilance pour éviter que ce conflit ne s’étende à Kinshasa

Droits tiers

Le président de l'assemblée provinciale de Kinshasa Godé Mpoy Kadima, s'est inquièté le vendredi 30 septembre 2022, de la situation sécuritaire qui se détériore de plus en plus dans le grand Bandundu depuis le début des hostilités entre les Teke et les Yaka à Kwamouth.

En outre, le numéro un de l’organe délibérant de la capitale de la République démocratique du Congo a condamné les actes barbares perpétrés par les tireurs des ficelles. 

Dans son mot d'ouverture de la session parlementaire de septembre, Godé Mpoy a également déploré les lourdes pertes en vies humaines causées par ce conflit inter ethnique. 

Le président de l'assemblée provinciale de Kinshasa estime que les conséquences de ces atrocités pourraient atteindre la capitale congolaise et impacter sur la situation sécuritaire ou encore économique. 

« Au moment où nous entamons cette session, les vieux démons séparatistes ont refait surface en attisant un conflit inter ethnique entre nos frères TEKE et YAKA, dans la province sœur et limitrophe de Mai-Ndombe, occasionnant de lourdes pertes en vies humaines et de graves dégâts matériels.(...) J'en profite pour condamner avec la dernière énergie les actes barbares perpétrés par les tireurs des ficelles et artisans de ce conflit dans le territoire de Kwamouth dont les conséquences néfastes pourraient impacter sur la sécurité, le social et l'économie de la Ville de Kinshasa  », s'est-il exprimé. 

Par ailleurs, Godé Mpoy appelle les autorités et les services de sécurité à rester vigilants pour empêcher que ce conflit ne s'étende à Kinshasa. 

« À cet effet, je recommande au Gouverneur de la ville de Kinshasa et à l'ensemble des membres du comité provincial de sécurité de rester vigilants, de redoubler d'efforts et de stratégies pour que ce conflit ne puisse s'étendre et/ou se ramifier également dans la Ville de Kinshasa », a-t-il ajouté. 

Signalons par ailleurs que ce conflit a, à ce jour, fait plus de 200 morts selon la société civile de Kwamouth.

Jephté Kitsita