Haut-Uélé : L’ARE valide 2 projets de distribution de l’énergie électrique qui vont desservir près de 600 ménages

Droits tiers

Après avoir examiné les dossiers lui déposés par la société Nuru, l’Autorité de Régulation du secteur de l’Électricité (ARE) a accordé, le vendredi 18 novembre 2022, des avis favorables aux projets de distribution de l’énergie électrique produite par les centrales de Tadu (120 Kilowatts) et Faradje (225 Kilowatts), dans la province du Haut-Uélé.

Maître Marco Kuyu, directeur général adjoint de l’ARE, l’a signifié à Jules Ziringabo, responsable des relations gouvernementales au sein de Nuru. 

« Je suis venu recevoir des mains de monsieur le directeur général adjoint de l’Autorité de Régulation du secteur de l’Électricité, maître Marco Kuyu, les avis favorables pour la distribution de l’électricité que nous produisons à Tadu et à Faradje, dans la province du Haut-Uélé, ici en République Démocratique du Congo », a déclaré le représentant de Nuru. 

À en croire J. Ziringabo, ce quitus reçu de l’ARE sera materialisé par le gouverneur de cette province par la signature des autorisations de distribution.

Les 2 projets, a-t-il précisé, vont permettre à environ 600 ménages, mais aussi à une dizaine d’opérateurs économiques, de bénéficier de l’électricité. L’énergie électrique produite, a-t-il expliqué, va faciliter les activités semi-industrielles comme la soudure, des moulins pour moudre. 

« Pour cela, Nuru a prévu des lignes triphasées et des lignes monophasées pour les ménages », a fait savoir le représentant de Nuru. 

Parlant de la puissance énergétique, J. Ziringabo a expliqué que c’est en fonction des études techniques de préfaisabilité que les deux projets ont été montés. Dans l’avenir, a-t-il rassuré, si le besoin se fait sentir, la capacité de production sera augmentée. 

En effet, Nuru possède un site hybride solaire de 1,3 MW à Goma (Nord-Kivu), considéré comme l'un des plus grand mini-réseau hors réseau d’Afrique subsaharienne. 

« Nous sommes le tout premier en RDC et même en Afrique subsaharienne d’avoir expérimenté ce qu’on appelle les centrales solaires électriques photovoltaïques intelligentes », a-t-il indiqué, avant de conclure que les travaux d'implantation de ces 2 centrales ont duré 3 mois.

Merveil Molo