RDC : Comment Bahati Lukwebo a pu redorer l'image du Sénat sous le régime Tshisekedi ?, (Tribune de Me Bazin Mpembe)

Droits tiers

C'est depuis le 17 Juin 1960, sous le régime de la loi fondamentale du 19 mai 1960,  que le Parlement Congolais a vu le jour.
Le Bureau de chacune des chambres était renouvelé au cours de la session ordinaire d’avril, sous la première République tandis que, sous la deuxième République, pendant la transition jusqu'à ce jour, sa durée de vie correspondait à celle de la législature. En 1960 la chambre haute comptait 84 sénateurs tandis qu'aujourd'hui le sénat compte 109 membres. Ils siégeaient au palais de la Nation à Calina actuelle Gombe.

Beaucoup de choses ont fait que le sénat dirigé par Alexis Thambwe Mwamba , un tout petit peu celui de Kengo wa Ndondo et leurs prédécesseurs soit inefficace. Parmi ces choses il y a le non respect du règlement intérieur, le manque de considération et respect envers les collègues, le manque d'un débat républicain en toute démocratie, l'inefficacité de la production législative, le manque de sincérité et honnêteté dans leur façon de faire vis-à-vis de leurs collègues.

De l'efficacité à l'avènement de Bahati Lukwebo

L'avènement de Bahati Lukwebo est particulièrement intéressant par le fait que ce dernier vient consolider une nouvelle ère dans la transition pacifique du pouvoir en RDC, Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, cette nouvelle ère qui a failli être gâché par Alexis Thambwe Mwamba avec ses attaques contre le chef de l'État.

Bahati est venu consolider cette transition qui est la véritable expression de la démocratie. Il a apporté un soutien de taille pour la formation de la majorité présidentielle. Il est non seulement président de la chambre haute mais aussi et surtout un pion majeur et déterminant dans la fortification du pouvoir de l'actuel Chef de l'État.
Un pouvoir dont la vision est construite sur le bien-être du peuple congolais.

Tout comprendre sur la détermination de Bahati

Voilà le rôle que joue Bahati. Il est l'homme qui bouleverse les rangs politiques en faisant un choix inattendu, celui de se ranger derrière le Président élu, Félix-Antoine Tshisekedi. Il est d'abord nommé informateur chargé d'identifier la nouvelle majorité présidentielle en vue de nommer le premier ministre et former le gouvernement de la République. Il a su déjouer toutes les embûches des caciques de l'ancien régime, jusqu'à trouver une nouvelle majorité présidentielle qui présentera le premier ministre nommé par Fatshi béton. Il est dans la vision du peuple d'abord et tient à la réussite totale de celle-ci.

Un sénat qui change tout positivement

Le sénat conduit par Bahati est la résultante de la chute de Ntambwe Mwamba. Voulant gouverner dans la sincérité et pour l'intérêt des congolais Félix Tshisekedi avait décider que la direction de la haute chambre soit donnée à l'un de ses bras droit et homme de confiance qui est l'autorité morale de l'AFDC-A et la personne ayant derrière elle plusieurs députés nationaux que provinciaux.

Au sénat les réalisations comme l'adoption de l'État de siège qui a permis la reddition de plusieurs groupes armés , le vote de plusieurs lois comme jamais auparavant en faveur des congolais, des propositions et conseils républicains à la haute hiérarchie a rendu l'équipe Bahati très actif et interactif avec la chambre basse mais aussi le gouvernement de la République. 

Étroite collaboration entre le chef de l'État et le sénat

Bahati Lukwebo a établi une collaboration sans pareille avec le Chef de l'État. Il rapporte tous les problèmes rencontrés par la population et les élus au Chef de l'État directement et est tout le temps consulté par ce dernier toujours en quête des solutions aux problèmes de la société.
 
Bahati Lukwebo est un homme dont le parcours a laissé des traces indélébiles. De la société civile à la politique, l'homme est resté près de la population et à son écoute. 

Le Chef sait qu'il lui faut un tel homme comme collaborateur. Et nous savons que de cette relation beaucoup découlerait.
Engagé depuis plusieurs mois dans le combat de la réélection du chef de l'État, Félix Tshisekedi, Modeste Bahati, ne cesse de mobiliser ses troupes pour une élection avec un pourcentage sans appel de l'actuel autorité morale de l'Union sacrée. 
Ce combat qu'il a engagé depuis très longtemps, est à la base de plusieurs attaques et campagne de diabolisation contre sa personne. Heureusement pour lui, sa sincérité, franchise et actions parlent à sa place.