Beni : "Les FARDC doivent étudier la géographie des ADF pour comprendre leur emplacement et leur mobilité, et arriver à frapper" (N. Kibel Bel Oka)

Publié jeu 11/04/2019 - 11:21

Le nouveau mode opératoire des rebelles ougandais de l'ADF dans la région de Beni consiste à kidnapper les populations avant de les relâcher après.

Dans une interview accordée mercredi 10 avril dernier à 7SUR7.CD, Nicaise Kibel Bel Oka, auteur de nombreux ouvrages sur la guérilla et le terrorisme dans la région de Beni, indique que cela relève de la stratégie de la guérilla qu'utilisent ces rebelles pour chercher à gagner la sympathie de la population et créer une méfiance envers l'armée.

"Ils récupèrent les otages avec qui ils partent dans la forêt, gardent les enfants mais libèrent les autres avec un message pour dire, nous avons un coeur humain, nous pouvons ne pas tuer. Ça relève d'une stratégie qui consiste à dire à la population de ne pas compter sur l'armée, comme nous pouvons vous protéger", a-t-il dit.

Image retirée.

Face à cette ruse de l'ennemi, ce chercheur demande à l'armée de capitaliser les renseignements que fournissent les rebelles à travers les otages pour qu'elle se facilite la tâche dans cette guerre qui n'a que trop duré.

"Les FARDC doivent déployer les services de renseignements en vue d'étudier la géographie de l'ennemi pour comprendre son emplacement et sa mobilité afin de frapper. Il n'y a pas deux solutions, la solution est miltiraire parce qu'on ne peut pas négocier avec les gens qui font une guerre de la foi, qui n'ont même pas besoin de Kinshasa", a-t-il renchéri.

Il a en outre recommandé à l'armée congolaise de ne jamais permettre que les ADF viennent se ravitailler dans les agglomérations surpeuplées.

Rappelons que depuis peu, les ADF ne tuent presque plus comme hier, mais se livrent au pillage, incendient des maisons et emportent des otages qu'ils relâchent quelques jours après, en leur donnant des messages à transmettre aux autorités militaires.

Isaac Kisatiro/Correspondant 7SUR7.CD à Butembo