Commissaire de l’UA à la paix et à la sécurité : Smail Chergui : «Il est temps que la RDC reprenne son rôle normal en Afrique... »

Publié jeu 11/09/2014 - 15:58
Arrivé mardi à Kinshasa, le commissaire à la paix et à la sécurité de la commission de l’Union africaine, Smail Chergui, a eu un entretien avec le coordonateur du Mécanisme National de Suivi des engagements de paix pris par la RDC pour la paix dans la région des Grands Lacs (MNS), François Muamba Tshishimbi, au siège de cette structure à Gombe. Au menu des discussions : la situation sécuritaire dans l’Est du pays et dans la région des Grands Lacs.   Très attaché à une relation suivie avec la RDC qu’il a déjà eu à visiter auparavant, le diplomate algérien a indiqué qu’il est souhaitable que notre pays reprenne son rôle normal dans la région de Grands Lacs et au niveau continental. Porteur d’un message de paix, Smail Chergui a fait noter que l’UA et la RDC ont des préoccupations communes légitimes dans cette région et surtout à l’Est de la RDC. D’où l’option de travailler la main dans la main pour éliminer toutes les forces négatives qui ont jusqu’ici retardé le développement du pays et celui de toute la région. « Donc, le moment est venu de parler un langage vrai, direct, franc et définitif pour dire que cette situation a trop duré et qu’il faut que nous avan6ions ensemble dans la paix, la sécurité et le développement, mais également pour que ce genre de procédés et activités ne se répètent plus non seulement au Congo, mais aussi ailleurs... » a-t-il souligné, faisant allusion à ce qui se passe au Sahel, en Libye, etc. Accompagné par l’ambassadeur, Boubacar Gaoussou Diarra, envoyé spécial de la présidente de la commission de l’UA pour la région des Grands Lacs, du général de Brigade Muxito Luis Ignacio, conseiller en matière de sécurité au bureau de la présidente de la commission ainsi, que de l’ambassadeur Nakaha Stanislas, conseiller politique au bureau de la commissaire à la paix et à la sécurité de la commission de l’Union africaine,  Smail Chergui a aussi délivré un message d’amitié à ses interlocuteurs de Kinshasa.   Pour sa part, le coordonnateur du MNS, François Muamba, a fait noter à la presse que la RDC est toujours bonne élève en matière du respect de ses engagements pris à Addis-Abeba. A l’en croire, la mise en œuvre de cet accord se fait sans désemparer et sans atermoiement par les différents responsables au niveau du gouvernement. Avec son hôte, le commissaire à la sécurité et à la paix, ils ont parcouru les dossiers urgents qui conditionnent parfois la restauration, non seulement de l’autorité de l’Etat congolais, mais aussi la paix pérenne que tout le monde veut dans la région de Grands Lacs. « Smail Chergui a vérifié avec nous cette volonté, cette détermination qu’il y a en RDC pour en finir définitivement avec bette question des FDLR. Les instructions du président Joseph Kabila sont très claires, les FDLR doivent aujourd’hui quitter tous le territoire congolais. Il reste à définir avec les autres partenaires, la bonne approche, la bonne méthodologie pour atteindre cet objectif... »a-t-il appuyé. Faisant constater, par ailleurs, que les choses ne vont pas tel qu’on l’espérait, François Muamba a rappelé la fermeté qui habite la RDC face à la reddition au compte goutte des FDLR. Il convient de signaler que les deux personnalités ont également évoqué le dossier « M23 ». A ce sujet, le coordonnateur d’u MNS a indiqué que le processus d’amnistie est en cours du côté du ministère de la Justice pour les ex éléments qui sont éligibles à cette faveur. « Nous sommes en train de confectionner une feuille de route spécifique qui va indiquer le rythme auquel ceux qui sont au Rwanda et en Ouganda vont pouvoir être rapatrié, dès lors qu’ils seraient éligibles à l’amnistie qui est un processus touchant les Congolais au cas par cas... » a-t-il conclu. Tshieke Bukasa