Tshisekedi sur l'affaire de 15 millions : "Je ne veux pas être un dictateur et je laisse les institutions judiciaires faire leur travail en toute indépendance"

Publié mar 17/09/2019 - 09:47
7sur7

Le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s'est exprimé sur l'affaire dite de 15 millions de dollars américains qui seraient détournés.

Dans une interview accordée au journal Belge "Le soir" dimanche 15 septembre 2019, le chef de l'État de la République Démocratique du Congo s'est félicité d'avoir humanisé l'Agence Nationale de Renseignements, (ANR), qui a détecté cette affaire.

"Cette histoire est symptomatique du changement intervenu. Elle a été détectée par l'ANR. J'ai réussi à humaniser l'ANR, transformée en un service qui doit humaniser la société", a dit Félix Tshisekedi.

Par ailleurs, le président de la République précise qu'il a voulu personnellement entendre l'inspecteur général des Finances au sujet des menaces qu'il aurait subies.

"J'ai tenu à recevoir moi-même l'inspecteur général des finances M. Batubenga car mon souci était de l'entendre à propos des menaces qu'il aurait rencontrées. Il m'a dit qu'il n'en avait pas connu et qu'il avait transmis le dossier au Procureur, sans citer son nom. Je l'ai assuré de tout mon soutien et de ma confiance. Le dossier est désormais entre les mains de la justice et n'a plus rien à voir avec moi. Je ne peux donc plus me prononcer sur ce sujet", a indiqué Tshisekedi.

Dans la foulée, le successeur de Joseph Kabila souligne qu'il n'entend pas être un dictateur et laisse la justice faire librement son travail.

"Je me bats pour un État de droit, pour l'indépendance de la justice et donc je ne mettrai pas mon nez dans ces histoires. Je ne veux pas être un dictateur et je laisse les institutions judiciaires faire leur travail en toute indépendance", a martelé le président de la République.

Rappelons par ailleurs que le directeur de cabinet du chef de l'État, Vital Kamerhe, est cité par une certaine opinion dans cette affaire.

Cependant, le président national de l'Union pour la Nation Congolaise, (UNC), garde toujours la confiance du président de la République, comme l'avait affirmé Kasongo Mwema Yamba Y'amba, porte-parole du chef de l'État, le week-end dernier.

Jephté Kitsita