RDC : Voici les 9 superviseurs du programme de 100 jours

Publié mar 12/05/2020 - 13:50
7sur7

Le procès lié à la gestion des fonds alloués au programme d'urgence de 100 jours du chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a bel et bien démarré lundi 11 mai 2020 à la prison centrale de Makala à Kinshasa.

Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l'État, Samih Jammal patron de Samibo SARL et Jeannot Muhima, chargé du service import-export de la présidence de la République, tous accusés, ont pris part à cette première audience. 

Le détournement des deniers publics, la corruption et le blanchiment des capitaux sont parmi les infractions mises à charge de Vital Kamerhe et consorts.

Lors de son interrogatoire, le président de l'Union pour la Nation Congolaise, (UNC), a reconnu son implication dans la réalisation dudit programme mais en qualité de superviseur.

Cependant, Vital Kamerhe a fait savoir au juge qu'il n'était pas le seul superviseur du programme des 100 jours. Le directeur de cabinet du chef de l'État a précisé qu'il y avait au total 9 superviseurs.

Ainsi, les 9 superviseurs du programme d'urgence de 100 premiers jours sont les suivants :

1. Vital Kamerhe (Directeur de cabinet du chef de l'État) ;

2. Désiré-Cashmir Kolongele Eberande (Directeur de cabinet adjoint du chef de l'État) ;

3. Guylain Nyembo Mbwizya (Directeur de cabinet adjoint du chef de l'État chargé des questions économiques et de la reconstruction) ;

4. Gety Ntiaka Mpanu-Mpanu (Directeur de cabinet adjoint du chef de l'État chargée des questions d'infrastructures, des ressources minières et hydrocarbures, de l'énergie et des technologiques de l'information et de la communication) ;

5. Olivier Mondonge Bogado (Directeur de cabinet adjoint du chef de l'État chargé des questions sociales et environnementales) ;

6. Henry Yav (ex-ministre des finances) ;

7. Thomas Luhaka (Ministre de l'Enseignement Supérieur et Universitaire) ;

8. Pierre Kangudia (Ancien ministre du budget et actuellement député national) ;

9. Déogratias Mutombo (Gouverneur de la Banque Centrale du Congo).

Outre les 9 superviseurs, le directeur de cabinet du chef du chef de l'État a indiqué qu'il y avait une coordination dudit programme.

Pour rappel, Vital Kamerhe et Jammal Samih sont prévenus distinctement de détournement de plus de 48 millions USD sortis du trésor public et remis à la société du Libanais, Samibo Sarl, pour l’achat et l’érection de 1.500 maisons préfabriquées dans le cadre du projet des logements sociaux pour 5 provinces de la République Démocratique du Congo.

Il est également reproché à Kamerhe et Jammal en solidarité, le détournement de plus de 2 millions USD remis à une autre société du Libanais, Husmal Sarl, pour l’achat et l’érection de 3.000 maisons préfabriquées pour les policiers et militaires de la ville de Kinshasa.

En outre, Jeannot Muhima, chargé du service import-export de la présidence de la République et Vital Kamerhe sont solidairement prévenus de détournement de 1.100.000 USD remis à Muhima pour le dédouanement et le transport des maisons préfabriquées.

Après environ une heure, le procès a été renvoyé au 25 mai pour la poursuite de l’instruction. La demande a été faite par les avocats de chaque prévenu. Ils ont insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas eu accès aux éléments du dossier. 

Jephté Kitsita