RDC : Clément Munza appelle Tshisekedi à consulter la classe politique et l'assemblée nationale avant d'annuler l'enterinement de Malonda

Publié sam 01/08/2020 - 22:20
7sur7

Face à des crises à répétition entre institutions sur fond des divergences autour du processus électoral, Clément Munza invite le président de la République à consulter la classe politique et les forces vives afin de dégager un consensus. 

"Au président de la République, de consulter très rapidement la classe politique sans exclusivité aucune, ainsi que toutes les forces vives de la nation de se mettre autour d'une table en vue d'un consensus national sur les réformes y compris celle de la CENI", affirme ce membre de la coalition LAMUKA lors d'une déclaration politique rendue publique ce samedi 01 août 2020.

Suivant la même logique, Clément Munza demande à l'assemblée nationale "de revenir à la raison en annulant l'enterrinement irrégulier de Ronsard Malonda comme président de la CENI pour permettre ainsi à la société civile de désigner son candidat président de la CENI dans un processus crédible et transparent".

A l'instar d'autres personnalités de la coalition LAMUKA, Munza apporte également son soutien au plan de sortie de crise proposé par Martin Fayulu, demande à l'organisation des Nations-Unies ainsi qu'à d'autres organisations sous régionales africaine de faciliter l'application de la proposition de sortie de crise de Martin Fayulu qu'il qualifie de réaliste.

"Aux Nations-Unies, l'union africaine et la Sadc de soutenir le plan réaliste du dialogue tel que soutenu par les grandes confessions religieuses et d'autres personnalités politiques, en l’occurrence, le plan de sortie de crise proposé par Martin Fayulu pour que la RDC ne tombe pas dans le chaos", explique celui qui est également coordonnateur adjoint de l'opposition extra parlementaire.

Pour cet opposant, il est temps de reconstruire le pays en se retrouvant dans l'unité autour d'une même table au-delà du cadre institutionnel pour, dit-il, sauver le pays.

C'est notre responsabilité à tous d'assurer la paix, la stabilité politique pour le développement a-t-il conclu.

Elysée Odia