Lutte contre la traite des personnes : Ouverture de la 1ère session de formation initiale des acteurs de 1ère ligne

7SUR7

La première session de formation initiale des acteurs de première ligne  sur la traite des personnes, organisée par l'Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP) en collaboration avec l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), a été ouverte ce mardi 23 février 2021 à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Le go des travaux a été donné par la coordonnatrice de cette agence de la Présidence, Cécile Rebecca Kasanda Meta. 

Dans son allocution, elle a fait savoir que cette session de formation vise à doter les acteurs de première ligne dans la lutte contre la traite des personnes des connaissances sur les éléments législatifs liés à ce phénomène.

"La présente formation vise à vous doter dans le domaine de la lutte contre la traite des personnes en RDC, des connaissances sur les principaux éléments législatifs relatifs à la traite. Ainsi, cette formation permettra de connaître le cadre juridique international relatif à la traite, les accords régionaux relatifs à ce phénomène ainsi que les dispositions légales existantes qui sanctionnent certaines formes de traite des personnes en RDC", a-t-elle affirmé. 

À l'en croire, c'est pour mettre à l'honneur les personnes de première ligne dans ladite lutte que l'APLTP et l'OIM ont programmé cette session de formation en vue de les doter des notions de base de la traite et d'une documentation de référence qui leur permettront d'identifier les victimes de la traite, de collecter les informations devant alimenter la base des données et le rapport annuel du pays sur ce phénomène.

Par ailleurs, la coordonnatrice de l'APLTP a promis de faire recours à ces acteurs comme points focaux et de les associer à certaines rencontres sur la traite des personnes dont le Forum des acteurs qui se réunissent deux fois par an afin de combattre ensemble la traite des personnes. 

Quant à la lutte contre la traite des personnes, elle a indiqué que la RDC a enregistré des avancées dans ce domaine. 

Parmi les réalisations, elle a noté notamment la création de l'APLTP ainsi que la mise en place de ses deux organes qui sont fonctionnels, la production et la validation d'un plan stratégique de lutte contre la traite des personnes pour 5 ans, la production et la transmission du premier rapport annuel sur la traite des personnes au Conseil des droits de l'homme et au département d'État américain, la production de quelques émissions radio et télévisées sur la traite des personnes, l'élaboration et la validation d'un avant-projet de loi portant prévention et répression de la traite des personnes. 

"Ces quelques efforts ont permis à notre pays de quitter la liste rouge au niveau TIER 3 pour monter sur la liste de surveillance au niveau TIER 2 avec 10 recommandations. La RDC, grâce à ses efforts, est redevenue un pays fréquentable", s'est réjouie Cécile Rebecca Kasanda.

Pour sa part, la représentante du chef de mission de l'OIM, Esthiwahyu Husnur, a félicité l'APLTP pour les différentes actions qu'elle a menées dans le cadre de la lutte contre la traite des personnes. À l'en croire, l'OIM est ravie d'accompagner cette agence dans la mise en œuvre des stratégies nationales de lutte contre ce fléau.

Elle a également rappelé que l'OIM met en œuvre des interventions de lutte contre la traite des personnes en accord avec les principes des droits de l'homme depuis plus de 20 ans. Pendant ce temps de Covid-19, la représentante du chef de mission de l'OIM a appelé à l'adaptation des stratégies de la lutte à la nouvelle crise sanitaire mondiale.

"Aujourd'hui, la communauté de lutte contre la traite doit évoluer et s'adapter à cette nouvelle crise en trouvant des moyens novateurs d'identifier les tendances, de repérer les vulnérabilités et d'aider ces cas tout en promouvant les droits de l'homme et la prévention des violences et de rechercher des voies sûres et viables pour ceux qui continueront d'imigrer", a déclaré Esthiwahyu Husnur.

Il sied de signaler que la première session de formation initiale des acteurs de première ligne dans la lutte contre la traite des personnes va s'étendre sur 3 jours, soit du 23 au 25 février prochain. La seconde session sera organisée au mois de mars de l'année en cours, toujours à Kinshasa.

Prince Mayiro