Nord-Kivu : Lancement du projet d'amélioration de l'accès aux soins antipaludéens dans les structures sanitaires privées

Photo 7SUR7.CD

L'Organisation Non Gouvernementale, Soins de Santé primaires en milieu Rural (SANRU) a procédé au lancement de la troisième phase du projet consistant à la mobilisation des communautés pour « agir efficacement contre la malaria », le lundi 12 avril 2021 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

La cérémonie y afférente a été présidée par le ministre provincial de la Santé, le docteur Nzanzu Syalita Eugène, qui a précisé qu'à travers ce projet, les structures sanitaires privées seront subventionnées afin que l'accès universel aux soins antipaludéens soit facile et efficace dans les 34 zones de santé du Nord-Kivu.

« Le projet consiste à la prise en charge correcte dans tous les secteurs et spécialement dans le secteur privé, parce qu'il a été constaté que beaucoup de nos compatriotes qui sont malades s'orientent vers ce secteur là. C'est un nouveau projet du mode de financement à sa phase 3 où SANRU que nous connaissons a le financement de la Banque Mondiale contre le VIH, la malaria et la tuberculose », a déclaré le docteur Eugène Nzanzu, ministre provincial de la santé au micro de 7SUR7.CD.

Cette autorité souligne que les soins ne seront pas gratuits, mais seront accessibles à moindre coût dans les structures sanitaires privées où l'accès aux soins antipaludéens était difficile.

Le projet sur la contribution de l'accès universel de la population de la RDC à des interventions efficaces de lutte contre le paludisme concerne notamment les provinces du Nord-Kivu, Maniema et Ituri, il est financé par le Banque Mondiale.

Il sied de noter que d'après les autorités sanitaires, le paludisme reste l'une des causes principales de la morbidité au Nord-Kivu. En 2018 par exemple, plus de 450 personnes ont péri des suites de cette maladie.

Glody Murhabazi, à Goma