RDC : Des médecins des services publics décident de durcir la grève dès ce mardi

7sur7

Les médecins des services publics membres du Syndicat des Médecins de la République démocratique du Congo (SYMECO) se sont réunis en assemblées générales, du dimanche 18 juillet au lundi 19 juillet 2021, pour évaluer la grève avec service minimum qu'ils observent depuis le 12 juillet dernier. Ce, au regard des réponses données à leurs revendications prioritaires par le gouvernement de la République à l'issue de la 12ème réunion du Conseil des ministres des ministres.

Dans une correspondance adressée au premier ministre, au terme de ces assemblées générales, le SYMECO considère que les décisions arrêtées par le gouvernement, lors du Conseil des ministres du vendredi passé, en réponses à leurs revendications prioritaires, relèvent "non seulement l'insuffisance manifeste des solutions attendues à court terme, mais surtout le contraste entre la volonté exprimée par l'exécutif national et son engagement effectif à trouver les solutions concrètes à leurs revendications jugées pourtant légitimes". 

"Tout en déplorant l'absence de vraies négociations sous le leadership de votre autorité, ils (médecins) estiment que le gouvernement de la République a même abandonné, sur le plan pécuniaire, ses bonnes intentions initiales, démontrant ainsi que les travaux de la Commission ad hoc qui auraient dû être organisés après réception du cahier des charges, ne s'inscrivent en réalité que dans une stratégie d'usure contre-productive dans le cadre du dialogue social voulu sincère", rapporte cette lettre signée, notamment le secrétaire général du SYMECO, le docteur Muanda Nlenda. 

Par conséquent, les médecins des services publics membres du SYMECO ont décidé "majoritairement de durcir la grève dès ce mardi 20 juillet 2021 jusqu'à la satisfaction à court terme des revendications prioritaires présentées par le banc syndical". 

Ainsi, le SYMECO lance un appel au premier ministre pour que le gouvernement de la République prenne toutes les dispositions utiles afin de restaurer, dans le meilleur délai, la paix sociale dans le secteur de la santé en honorant, par des solutions concrètes, le médecin congolais et les services qu'il rend à la population, "dans des conditions très difficiles". 

Il sied de signaler que le compte-rendu de la réunion entre le banc syndical et le gouvernement du 17 juillet, indique que l'exécutif national a levé l'option de vider, dans un bref délai, les revendications d'ordre administratif des médecins. Cependant,  sur le plan pécuniaire, le gouvernement a décidé de prendre en charge leurs revendications progressivement dans le cadre de l'exercice budgétaire 2022. 

Prince Mayiro