RDC : Après le cardinal Ambongo, M. Bahati, S. Lukonde, C. Mboso et F. Beya reçus par le Révérend Bokundoa, président de l'ECC

Photos droits tiers

Le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le président de l'Assemblée nationale, Christophe Mboso N'kodia, celui du Sénat Modeste Bahati et le conseiller spécial du chef de l'État en matière de sécurité, François Beya, ont été reçus par le Révérend docteur André Bokundoa, président national de l'Église du Christ au Congo (ECC).

Cette rencontre a eu lieu ce jeudi 25 novembre 2021 à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Elle intervient 24h après celle avec le Cardinal Fridolin Ambongo. 

S'exprimant devant la presse à la fin de cette rencontre, le président de l'Assemblée nationale, Christophe Mboso N'kodia, a insisté sur la nécessité de tourner la page par rapport notamment au dossier de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Pour Christophe Mboso, il est important que l'État congolais et ses différents partenaires, notamment l'Église, puissent cheminer ensemble dans la paix.

De son côté, le président national de l'ECC a mis un accent particulier sur le consensus qui doit toujours primer en toute chose.

"Le message, comme j'ai dit à leurs Honorables et Excellences, ce que nous Congolais, nous devons privilégier le consensus dans nos discussions, dans tout ce que nous vivons dans le pays pour la paix de tous", a dit le Révérend André Bokundoa à la fin de la rencontre.

Lors de cette rencontre, le président de l'Assemblée nationale qui avait pris la parole pour le compte des chefs des institutions, avait déclaré qu'il était notamment question de dissiper tout malentendu par rapport à ce qui se raconte sur les réseaux sociaux. 

Christophe Mboso avait même affirmé qu'il n'existe aucun problème entre l'Église Catholique et l'État congolais. 

À noter que l'Église Catholique par l'entremise de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) et l'Église du Christ au Congo (ECC) sont contre la mise en place de l'actuel bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), notamment à cause de la présence de son président Denis Kadima.

Ces deux églises ont toujours soutenu que la candidature de Denis Kadima était accompagnée des menaces et de corruption. Des accusations qui ont toujours été rejetées par les 6 autres confessions religieuses, conduite par le pasteur Dodo Kamba. 

Jephté Kitsita