Nord-Kivu : La BRALIMA et la BRASIMBA accusées d'incivisme fiscal et de corruption

Photo 7SUR7.CD

L'Office pour la Bonne Gouvernance et la Lutte contre le Corruption (OBLC), une institution affiliée à l'État Congolais en province du Nord-Kivu, accuse les sociétés brassicoles BRALIMA et BRASIMBA d'incivisme fiscal et de favoriser des actes de corruption au sein de leurs personnels.

Cette accusation de l'OBLC est contenue dans un communiqué rendu public le mardi 30 novembre 2021 et dont une copie est parvenue à 7SUR7.CD ce mercredi.

Rostand Katembo Kahongya, auditeur provincial de l'OBLC qui signe ce communiqué, renseigne que c'est sur instruction du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-général Constant Ndima Kongba, que des enquêtes d'un mois ont été menées au sein de ces entreprises brassicoles et des « agissements frauduleux » y ont été constatés.

« Le traitement sommaire des données mises à notre disposition font état d'une insuffisance de paiement des impôts et taxes dus à la province par les sociétés BRALIMA et BRASIMBA, car le recoupement des données établies jusque-là, démontrent qu'elles paient le 1/3 de ce qu'elles devraient normalement payer au détriment de la mobilisation des recettes », affirme Me Rostand Kahongya.

Ce dernier souligne aussi qu'une corruption « à grande échelle » est entretenue dans ces entreprises par les responsables locaux et annonce leur mise en accusation, alors que ces sociétés seront aussi soumises au paiement d'une somme de d'un-demi million de dollars américains de ce qu'elles doivent à la province.

« Ensuite, l'OBLC dénonce les actes de corruption à charge des responsables locaux desdites entreprises et annonce leur mise en accusation avec tous leurs complices conformément aux recommandations des états généraux sur la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo tenus à Kinshasa du 19 au 24 octobre 2021. Enfin, il est prévu la transmission de la note des calculs à l'administration fiscale du Nord-Kivu, en vue d'actionner les poursuites en recouvrement de plus de 500.000$ de redressement de la fraude entretenue par lesdites sociétés brassicoles et ce, dans le respect des lois et règlements du pays », conclut l'OBLC.

En cette période de l'état de siège, l'administration militaire du Nord-Kivu s'est aussi lancée dans la mobilisation des recettes provinciales afin de ne pas « freiner le développement de la province », avait déclaré le gouverneur militaire lors d'une réunion avec les agents de la Direction Générale des Recettes du Nord-Kivu (DGR-NK).

Glody Murhabazi, à Goma