Modernisation du poste du poste frontière de Kasumbalesa : La dimension économique de la vision du Chef de l’Etat [ Tribune ]

7SUR7

Des photos du tout nouveau bâtiment du poste de douane de Kasumbalesa ont circulé en fin de semaine dernière sur les réseaux sociaux. L’occasion de découvrir ce chef d’œuvre fruit de l’implication personnelle du chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et réalisé sur fonds propres de la DGDA (Direction générale de douane et accise).

 
De prime abord, on peut déjà affirmer que cette bâtisse n’a pas de concurrent sur le territoire national. Des indiscrétions laissent entendre que cet espace ultramoderne ferait concurrence aux autres postes de la sous-région, au point de les dépasser. Mais l’heure n’est pas à la polémique. Quand on connait l’importance du poste frontière de Kasumbalesa, on comprend tout de suite que parallèlement à son offensive diplomatique généralisée, le Président de la République veut que la RDC se revigore économiquement en se dotant notamment d’infrastructures dignes de ce nom. Cette démarche est d’autant plus compréhensible que le pays, géant au cœur de l’Afrique, est en pleine reconquête de ses lettres de noblesse.
 
La modernisation de ce poste douanier qui brasse un flux accru de personnes et surtout de marchandises est un point important dans les réalisations du pays. Un bâtiment propre inspire respect et élimine un maximum de fraude. Il est le premier contact que l’on a avec un pays. Et l’image dans ce cas-là, compte pour beaucoup. Surtout quand on veut gagner en sérieux et en respect.
 

Ok
Ce que l’on attend maintenant du Président de la République, c’est la suite de cette action rénovatrice, innovatrice. Nos postes frontières ont bien souvent un visage triste et pauvre, qui recèle un sentiment de fraude. Il est important que les points d’entrée dans le pays revêtent leur plus belle robe et renvoie la meilleure des images d’un pays dont on a dit que trop de mal. Et pour cela, le même engagement personnel du président de la République est utile. Kasumbalesa pourrait devenir le pionnier de la rénovation et de la modernisation de tous les postes frontières. Et on peut le dire, on peut le faire : Yes, we can !

CP