Butembo : Des activités paralysées sur appel d'un groupe de pression qui exige la levée de l'état de siège

Route Mutsanga - Vuhira. Photo 7SUR7.CD

La situation est restée tendue notamment à Mutsanga, au nord-est de Butembo (Nord-Kivu) ce lundi 25 avril 2022. Le groupe de pression Véranda Mutsanga (VM) a appelé à manifester contre le maintien de l'état de siège dans l'Est du pays. Ce qui a également occasionné une paralysie des activités au centre-ville.

Dès la matinée, les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) et ceux de l'armée congolaise (FARDC) étaient déjà renforcés dans les points chauds de Butembo. Au centre-ville, des maisons de commerce voire de microfinance ont gardé leurs portes fermées. Il en a été de même pour la plupart d'écoles dans la région.

À Mutsanga, une entité située au nord-est de Butembo où se situe le siège social dudit groupe de pression, la situation est restée plutôt tendue. Des manifestants ont fait face à la Police. Face aux jets de pierres, les éléments de l'ordre ont répondu par des bombes à gaz lacrymogènes. 7SUR7.CD a constaté des barricades tout au long de l'axe routier Mutsanga - Vuhira. Des barricades (composées des arbres et pierres, Ndlr) que la Police a dégagé en se servant d'une tronçonneuse électrique.

Des policiers qui dispersent un groupe de pression à Mutsanga. @Joël Kaseso

Le maire de Butembo, le Commissaire supérieur principal Mowa-Baeki-Telly Roger qui s'est exprimé devant la presse locale après une ronde effectuée à Mutsanga et environs, a appelé les habitants à vaquer librement à leurs activités ce mardi. Il a au même moment annoncé l'interpellation de certains manifestants.

« Les jeunes gens mal intentionné ont essayé de barricader des routes de gauche à droite mais les services de sécurité ont fait leur travail avec abnégation et avec courage. Il y a eu des interpellations (au moins 5 manifestants maîtrisés, Ndlr). Là où nous sommes passés, il y avait des arbres qu'on a coupé. Il y avait également des pierres qu'on a placé sur les chaussées. C'est ainsi que quelques uns ont été maîtrisés. [...] Quant à la journée de demain, nous invitons notre population à vaquer librement. Il n'y a rien à part ceux qui sont mal intentionnés qui cherchent à perturber la quiétude de la paisible population », a-t-il déclaré au micro de 7SUR7.CD.

Samedi dernier, le porte-parole du groupe de pression Véranda Mutsanga (VM) section de Butembo, Léonce Akilimali, a réaffirmé du maintien de deux journées ville morte (lundi et mardi, Ndlr) à Butembo, Lubero, Rutshuru et Goma pour exiger la levée de l'état de siège au Nord-Kivu et en Ituri. Il trouve cette mesure « inefficace » pour remmener la paix dans l'Est. 

Bien avant, les députés nationaux originaires desdites provinces venaient de décider de ne plus siéger à l'Assemblée nationale avant la levée de cette mesure sécuritaire instaurée en date du 06 mai 2021 par le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Mais quoi qu'il en soit, elle a été prorogée pour la 22e fois consécutives. 

Joël Kaseso, à Butembo