Loi électorale : "Les députés ont trahi le peuple. Ils ont craché sur les sacrifices des martyrs des marches de 2017 et 2018", (VIGICIEL) 

7SUR7

Maître Hervé Diakiese a, lors d'une séance d'échanges avec des membres des associations des jeunes, mouvements citoyens et autres organisations de la société civile, ce samedi 21 mai 2022 à Kinshasa, sur l'appel de la Vigilance citoyenne électorale (VIGICIEL), nouvelle structure qu'il coordonne, affirmé que les députés nationaux ont trahi le peuple congolais en "tripatouillant" la proposition de loi électorale.

À l'en croire, à l'allure où vont les choses, c'est la tricherie qui se prépare pour les prochaines élections générales en République démocratique du Congo. 

"C'est la tricherie qui s'annonce aujourd'hui à découvert en ce qui concerne les prochaines élections qui clairement refusent la transparence avec le tripatouillage de la loi électorale qui s'opère à l'Assemblée. À partir du moment où on refuse clairement l'affichage des résultats bureau de vote par bureau de vote et qu'on veut lui substituer un mécanisme des résultats déjà truqués au niveau de la CENI (Commission électorale nationale indépendante, ndlr), il n'y a plus rien à espérer d'une telle loi, sauf à la changer et revenir aux propositions qu'on avait faites", a déclaré le porte-parole du Comité laïc de coordination (CLC).

Et de renchérir : "À partir du moment où on est en train de refuser les suppléances familiales qui sont une honte dans une République. C'est une Res publica (Chose publique), ce n'est pas une Res famillia, ce n'est pas une affaire des familles où des individus candidats peuvent avoir pour suppléants leurs épouses, leurs enfants, alors que ceux-ci ont la possibilité d'être candidats par eux-mêmes, ça c'est un problème. Et que nous continuons à discuter sur des choses pareilles dans une Assemblée, ce que ces députés ont clairement trahi le peuple congolais. Ils ont craché sur les sacrifices des jeunes qui ont été tués en 2015, ils ont craché sur les sacrifices des martyrs des marches de 2017, 2018, alors que tous n'avaient pas l'ambition d'être présidents, députés ou ministres". 

Pour contrer cette situation, le coordonnateur de la VIGICIEL a annoncé des manifestations dans les tout prochains jours à travers le pays.

"Nous lançons déjà des actions de mobilisation dans les jours à venir. Pour le moment, nous avons invité les mouvements citoyens à adhérer massivement à la
Vigilance citoyenne électorale, nous invitons les forces politiques et sociales à venir adhérer. Nous allons préparer l'opinion dans les jours à venir à s'assumer. Le peuple doit se prendre en charge
",  a lâché Me Hervé Diakiese.

Quant à la VIGICIEL, il a fait savoir que cette structure composée essentiellement des mouvements citoyens et des organisations de la société civile, a pour mission : la surveillance électorale. D'où, son appel à toutes les forces politiques et sociales à venir adhérer à cette plateforme pour obtenir de bonnes élections en 2023.

Entre-temps, après le débat sur les options clés notamment la publication des résultats bureau de vote par bureau, la suppléance des députés par des membres de familles qui a été maintenue, la loi électorale a été envoyée à la Commission PAJ (Politique, administrative et juridique) pour un examen approfondi avant son adoption par l'assemblée plénière. Cette commission a déjà entamé ses travaux de 10 jours. Cependant, le Groupe de 13 personnalités politiques et sociales qui a initié ce texte, dénonce le rejet des dispositions clés de cette loi par la majorité parlementaire.

Prince Mayiro