Nord-Kivu : Une cinquantaine d'otages sauvés des mains des ADF par l'armée, remis à leurs familles à Beni

Photo tiers

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont procédé à la réintégration d'une cinquantaine d'otages sauvés des mains des rebelles d'Allied democratic forces (ADF). Ces cérémonies ont vécu dans la ville de Beni, ce samedi 03 décembre 2022. 

L'armée congolaise affirme que ces otages se sont sauvés des griffes de l'ennemi, la semaine dernière, grâce aux frappes aériennes menées conjointement avec les forces ougandaises (UPDF) contre les ADF dans la vallée de Mwalika. Il sont au total 57 ex-otages.

« Les 57 otages, la majorité sont originaires de Lume, Bulongo, Kamango, Kabasha, Rwangoma et Maboya (des entités situées en territoire de Beni : Ndlr). Ils étaient kidnappés par les terroristes ADF/MTM. Le secteur opérationnel Sokola I Grand Nord est en opération conjointe avec l'UPDF dans la vallée de Mwalika. C'est suite aux opérations de grande envergure menées dans la vallée de Mwalika que ces otages ont réussi à échapper aux bourreaux », a révélé à la presse locale le lieutenant-colonel Delphin Etula, chargé des opérations stratégiques du commandant -secteur Sokola I au Grand Nord-Kivu. 

Le sourire s'est fait lire sur les visages de nombreux familiers des ex-otages. La société civile de Beni, présente aux cérémonies, a salué le « professionnel » des forces loyalistes dans la libération de ces derniers. Pépin Kavota qui en est le président évoque « des signaux de la paix qui son en train d'être cimentés en ville de Beni et territoire ». 

Depuis plus d'une décennie, la rébellion d'Allied democratic forces (ADF) commettent des exactions sur les civils « non armés » dans l'Est de la République démocratique du Congo. Les organisations des droits de l'homme et celles de la société civile ont toujours dénoncé « l'inaction » de la Communauté internationale dans ces violences meurtrières. 

Joël Kaseso