Linafoot - suspension du FC Renaissance : "les démarches sont amorcées pour obtenir la levée de cette mesure" (Godé Mpoy) 

Publié lun 09/09/2019 - 16:00
7sur7

Le président de l'Assemblée provinciale de Kinshasa, Godé Mpoy, qui a échangé avec une délégation du FC Renaissance en son bureau ce lundi, fait savoir qu'il a entamé des démarches pour obtenir la levée des sanctions infligées au club vert et orange de la capitale. 

"J'ai déjà amorcé les démarches avec le ministre des transports. Nous allons nous battre pour obtenir la levée de cette mesure. Nous avons besoin de plus de sérénité pour reconstruire la ville", a-t-il indiqué. 

Le président de l'organe délibérant de Kinshasa, de ce fait, appelle les supporters du club cher au pasteur Pascal Mukuna au calme. 

"Moi, en tant que président de l'Assemblée provinciale de Kinshasa, nous avons de plus de paix sur cette ville. Donc, je vais demander aux fanatiques de Rennaissance d'être calmes...ne pas organiser des marches. Nous avons pris leurs causes en mains, nous avons entrain de négocier avec les responsables des sports. J'espère qu'il y aura un bon dénouement", a lancé Gode Mpoy. 

Par ailleurs, il demande aux supporters du FC Renaissance d'observer la discipline si, dit-il, cette mesure venait a être levée.

"Je voudrais quand même demander aux fanatiques de ce grand club que si jamais, on levait cette mesure, qu'ils puissent être regardants sur ce qui concerne la discipline, parce qu'il y a beaucoup de gaffes. Si nous intervenons, c'est pour qu'il y ait beaucoup plus de sérénité", a insisté G. Mpoy. 

Pour rappel, le comité de gestion de Ligue Nationale du Football (LINAFOOT) a suspendu le FCC Renaissance de la Ligue 1 pour une durée de deux ans, le mardi 03 septembre dernier. Cette sanction fait suite aux violences enregistrées après la rencontre qui a opposé le club vert et orange à Sanga Balende de Mbujimayi, le lundi 02 septembre au stade des Martyrs. Des incidents qui ont accasionné non seulement les casses et destructions de certains biens du stade, mais aussi la mort d'un jeune homme. 

Prince Mayiro