RDC - Hausse des prix du sucre : la ministre Bandubola exige la liste des distributeurs pour stopper la spéculation et les appelle au respect de la marge bénéficiaire légale 

Publié mar 28/01/2020 - 09:34
7sur7

La ministre de l'économie, Acacia Bandubola, s'active dans la recherche des solutions à la flambée des prix du sucre brun observée depuis peu sur les marchés en République Démocratique du Congo. 

Le lundi 27 janvier, elle a convoqué en son cabinet de travail les représentants de la sucrière de Kwilu-Ngongo pour évaluer la hausse des prix de ce bien de première nécessité, en vue d'envisager des mesures pour soulager la population. 

Au sortir de la rencontre, Célestin Twite, secrétaire général à l'économie nationale, a laissé entendre que la ministre Bandubola a instruit la sucrière de Kwilu Ngongo de lui transmettre urgemment la liste de tous ses distributeurs pour un contrôle régulier, afin de stopper la spéculation des prix sur les marchés.

« Il a été convenu qu'il y ait un prix d'équilibre, qui doit être trouvé pour soulager la population. Et d'autre part, il a été demandé à la sucrière de Kwilu-Ngongo de communiquer au ministère de l'économie la liste de tous ses distributeurs parce qu'on a constaté qu'entre le prix de vente d'usine et le prix de vente aux consommateurs, la variation est d'à peu près de 40%. Dès lors, nous aurons la liste des différents distributeurs de Kwilu Ngongo, nous allons essayer de faire la surveillance sur les marchés », a-t-il fait savoir. 

Il a, par la même occasion, appelé les distributeurs de ce produit vivrier au respect de la marge bénéficiaire légale. Dans le cas contraire, la « rigueur de la loi sera appliquée sur les récalcitrants », a promis le S.G à l'économie nationale. 

Quid des causes de la hausse des prix du sucre brun ? 

D’après Célestin Twite, les causes de la flambée des prix du sucre brun sont notamment la mauvaise récolte due aux conditions climatiques moins favorables. 

« Les premières causes, c’est d'abord la mauvaise récolte que la sucrière de Kwilu-Ngongo a connu à cause des conditions climatiques qui sont très mauvaises. La production attendue qui était projetée à peu près à 100 mille tonnes l'an n'a pas été réalisée. Ce qui fait la quantité de sucre que la sucrière met sur le marché de Kinshasa et ses environs est évalué à plus au mois 7.750 tonnes le mois. Mais à ce jour, la sucrière ne vend que 4500. Ce qui fait que la loi de l'offre et de la demande, loi basique du principe économique connu, il y a spéculations des prix sur le marché. À celà, il y a eu les prix de la sucrière qui ont évolué depuis 2019 à ce jour. Un sac de sucre qui se vendait à 32 mille est passé à 42 mille FC », a-t-il ajouté. 

Des son côté, la sucrière de Kwilu-Ngongo a rassuré la ministre de l’économie de la poursuite de la production du sucre. « Il faut savoir que les coûts sur le marché mondial ont en 4 mois, augmenté de 37%. La sucrière a fait une campagne en dessa des espérances due à des raisons climatiques et nous avons produit moins de sucre que nous espérions. Nous assurons qu'il y aura toujours du sucre sur les marchés», a indiqué Jean Arthur Pilot, directeur manager de Kwilu-Ngongo. 

Créée en 1925 à Kwilu-Ngongo, en République Démocratique du Congo, cette sucrière est une société d'économie mixte où l'Etat congolais est actionnaire à 40%. Seule productrice du sucre en RDC, la compagnie dispose des plantations de cannes à sucre, une sucrerie et une distillerie.

Prince Mayiro