RDC : Les groupes parlementaires du FCC condamnent la démarche "malicieuse" du groupe de 12 tendant à "déstabiliser la République" 

Publié mar 04/08/2020 - 18:13
7sur7

Les groupes parlementaires du Front Commun pour le Congo (FCC) à l'Assemblée nationale s'opposent à l'organisation d'un dialogue sur le processus électoral en République Démocratique du Congo.

Dans une déclaration commune faite ce mardi 4 août 2020, les présidents de ces groupes parlementaires dénoncent et condamnent une démarche "malicieuse" de certains acteurs politiques et de la société civile, tendant à déstabiliser "la République sous couvert d'un présumé dialogue sur la matière électorale".
 
"Dénonçons et condamnons la démarche malicieuse orchestrée par certains acteurs politiques et de la société civile sous l'influence des officines extérieures que nous connaissons, tendant à déstabiliser la République sous couvert d'un prétendu dialogue autour de la matière électorale qui relève pourtant de la compétence des institutions légalement établies", renseigne cette déclaration lue par leur porte-parole Didier Manara. 

Cependant, ils disent demeurer ouverts pour statuer "positivement" sur ces questions lors de la session ordinaire de septembre, "comme l'a signifié la conférence des présidents du FCC dans son communiqué du 29 juillet dernier".

Par ailleurs, les présidents des groupes parlementaires du FCC appellent le bureau de la chambre basse du Parlement à poursuivre sa mission de facilitation aux parties prenantes devant désigner leurs membres à la CENI, "afin qu'à la session ordinaire de septembre, que l'Assemblée nationale procède à l'entérinement des membres de cette institution d'appui à la démocratie". 

Ils appellent, en outre, le président de la République Félix Tshisekedi et l'autorité morale du FCC Joseph Kabila Kabange à conjuguer des efforts pour la "sauvegarde de la paix et la cohésion nationale et du bien-être de la population congolaise dans le respect de la constitution et des lois de la République".

Cette déclaration des groupes parlementaires du FCC fait suite à la démarche initiée par une dizaine d'acteurs politiques et de la société civile visant à consulter les forces vives de la nation, afin d'obtenir un consensus autour des réformes électorales pour des élections apaisées en 2023. 

La semaine dernière, ce groupe composé notamment de Delly Sesanga, Patrick Muyaya, Thomas Lokondo et Daniel Mukoko Samba a rencontré le chef de l'État, le bureau sortant de la CENI, le premier ministre et le président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba. 

Selon eux, leur démarche n'a pas pour objectif d'obtenir l'organisation d'un dialogue mais plutôt des réformes électorales pour la tenue de bonnes élections en 2023. 

Prince Mayiro