RDC - Grève des pétroliers du Sud-est : Bientôt une nouvelle structure des prix qui "prendra en compte les revendications des opérateurs économiques" (A. Yuma)  

Publié mar 11/08/2020 - 16:00
7sur7

Lors d'une réunion ce mardi 11 août à Kinshasa, le premier ministre Sylvestre Ilunga a rassuré les pétroliers du Sud-est, notamment du Haut-Katanga et du Lualaba, quant à la révision de la structure des prix des produits pétroliers.

"Et effectivement, dans la conduite de la discussion, nous avons compris et étaient rassurés de la part du premier ministre lui-même et de la part de deux membres qui l'accompagnaient, qu'ils étaient ouverts et nous avons cru comprendre qu'on est repartira pas au Katanga sans la bonne solution qui est d'établir la justice et l'équité", a dit Albert Yuma, président de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), qui conduit la délégation des pétroliers du Sud-est. 

Et de poursuivre : "C'est-à-dire qu'aujourd'hui, il y aura encore deux réunions qui vont, sans doute, se terminer demain. On aura une nouvelle structure des prix qui aura pris la prise en compte la majorité si pas toutes les revendications des pétroliers du Sud et de l'Est. Le premier ministre a été rassurant, les deux ministres ont été rassurants et nous nous avons montré l'esprit d'ouverture".

Il a, par la même occasion, fait savoir que la réunion entre le chef du gouvernement et les opérations économiques du secteur pétrolier du Sud-est était une occasion d'ouvrir un dialogue "franc et sincère sans arrière pensée" sur la question des prix des produits pétroliers". 

"La grève ne profite à personne. D'abord pas à nos populations, encore moins aux opérateurs eux-mêmes et finalement pas à l'État qui perd des revenus. Personne n'a intérêt que cette guerre perdure et la FEC est déterminée, en rentrant ici et peut-être avant si aujourd'hui nous avons la certitude que les solutions sont là, à prendre des dispositions pour ne plus faire souffrir nos populations, nous-mêmes et surtout l'État", a déclaré A. Yuma.

Pour rappel, les opérateurs économiques du secteur pétrolier du Sud-est sont en grève depuis vendredi dernier. À travers ce mouvement, ils réclament le réajustement de la structure des prix des produits pétroliers au taux de change actuel. La structure des prix en vigueur prend, en effet, en compte le taux de change de 1.700 francs congolais pour 1 dollar américain. 

La grève des pétroliers dans le Haut-Katanga et le Lualaba a fait grimper les prix des carburants. Un litre d'essence, par exemple, est passé de 1930 à 2880 francs congolais. Ce qui a impacté négativement les prix de transport en commun dans cette partie du pays.

Prince Mayiro