Affaire viol à Kisenso : Le ministère public requiert la peine de mort contre les accusés pour association des malfaiteurs

Publié mar 15/09/2020 - 19:21
Photo : Droit tiers

Lors des plaidoiries, le ministère public a, ce mardi 15 septembre 2020 dans son réquisitoire demandé au Tribunal de Grande Instance de  Kinshasa/Matete de condamné les accusés présumés de vol, viol et extorsion des biens au Centre de santé et maternité de Kinseso à la peine capitale pour association des malfaiteurs et a exigé leur pendaison.   

Pour infraction de viol, le ministère public exige 20 ans de servitude pénale et 10 ans pour vol qualifié.  D'après ce dernier, le cerveau moteur est Diazabakana Placide alias JDK, ancien employé au Centre de santé et maternité Révolution de Kisenso.

"Vous les condamnerez tous pour l'infraction de vol qualifié  à 10 ans de servitude pénale, à 20 ans de servitude pénale pour infraction de viol et les autres  infractions commises en association criminelle. Nous faisons la somme que toutes les infractions en concours idéal. Comme la peine prévue pour l'association des malfaiteurs est la peine la plus haute expression du tribunal, celui - ci condamnera les prévenus à la peine capitale et nous allons exécuter la pendaison", a déclaré le ministre public. 

Quant à la partie civile, elle demande que le tribunal exige 1 milliard $ équivalent en franc congolais  comme dommages et intérêts. 

La réquisition du ministère public a été rejetée par les avocats de la défense qui refusent l'infraction de l'association des malfaiteurs, vol qualifié et viol. Ainsi, ils exigent l'acquittement pur et simple des prévenus.
D'après l'un des avocats de la défense, le tribunal ne peut pas accéder à la demande du ministère public qui n'a pas apporté des éléments probants sur les infractions

À la fin des plaidoiries, les 6 présumés accusés ont plaidé non coupables. Le tribunal a pris affaire en délibéré et se prononcera dans quelques minutes.

Ange Makadi Ngoy