Covid 19 : 13 pays africains dont la RDC lancent une étude sur le traitement des patients

Photo droits tiers

13 pays africains dont la RDC et un réseau international d’institutions de recherche ont lancé ce mardi 24 novembre 2020 une vaste étude clinique en Afrique sur le traitement des patients atteints d’une forme légère ou modérée de la covid 19.

Cette étude baptisée "Anticov", entend répondre à un besoin urgent : identifier des médicaments qui pourront traiter de manière précoce les cas légers et modérés de Covid19, afin de prévenir des pics d’hospitalisations qui pourraient submerger des systèmes de santé fragiles et déjà surchargés en Afrique.

Cette étude clinique sera réalisée sur 19 sites situés dans 13 pays par le consortium Anticov. Ce consortium réunit 26 organisations africaines et institutions internationales de recherche et développement de premier plan, coordonnées par l’ONG de recherche médicale DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative, Médicaments contre les maladies négligées), renseigne le communiqué de DNDi parvenu à 7SUR7.CD. 

"Nous nous félicitons du lancement de l’étude Anticov, qui est menée par des médecins africains. Elle permettra de répondre à  l’une de nos questions les plus pressantes : alors que les infrastructures de soins intensifs en Afrique sont limitées, pouvons -nous traiter plus tôt les personnes atteintes de la Covid19 et éviter ainsi que nos hôpitaux ne soient submergés ?", a déclaré le Dr John Nkengasong directeur du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies (Africa CDC)

Anticov est une étude ouverte, randomisée, comparative, réalisée sous la forme d’une "plateforme adaptative" qui évaluera l’efficacité et la sécurité de traitements auprès de 2000 à 3000 patients non- hospitalisés atteints d’une forme légère ou modérée au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Éthiopie, au Ghana, en Guinée, en Guinée Équatoriale, au Kenya, au Mali, au
Mozambique, en Ouganda, en République Démocratique du Congo (RDC) et au Soudan

L'étude déterminera si un traitement précoce peut prévenir l’évolution vers une forme sévère de la maladie et potentiellement limiter sa transmission. 

"L’Afrique a pour la majeure partie
réussi à éviter les hausses de mortalités observées dans d’autres pays; mais avec la fin des confinements et la réouverture des frontières, nous devons nous tenir prêts. Nous avons besoin de recherche ici en Afrique afin de renseigner les stratégies et politiques de dépistage et de traitement et afin que nous, professionnels de santé, puissions offrir les meilleures options thérapeutiques aux patients
", a déclaré la Dr Borna Nyaoke,  cheffe de projets cliniques de DNDi organisation, qui est aussi le promoteur des études au Kenya, en RDC et au Soudan.

Anticov est aussi une plateforme d’essais dite "adaptatives" , c'est à dire, il s’agit d’un type d’essais cliniques innovant mis au point pour les médicaments contre le cancer. Une plateforme adaptative permet de tester de façon simultanée plusieurs traitements et de décider rapidement de l’inclusion, de la continuation ou de l’arrêt de traitements sur la base des analyses de résultats effectuées en continu.

De nouveaux traitements seront
ainsi ajoutés à l’étude à mesure que de nouvelles données et preuves concernant leur efficacité sur les cas légers et modérés seront disponibles. Les chercheurs d’anticov travaillent activement à sélectionner les traitements les plus prometteurs, issus des efforts internationaux de recherche, en collaboration avec le Partenariat des thérapeutiques de l’Accélérateur d’accès aux outils contre la COVID-19 (ACT-A), organisé conjointement par Unitaid et Wellcome.

Parmi les options thérapeutiques qui sont explorées figurent des médicaments qui sont déjà utilisés pour traiter le paludisme, le VIH, l’hépatite C, les infections parasitaires et certains cancers. L’objectif est d’ajouter des traitements à Anticov d’ici les prochaines semaines.

Anticov se concentrera au début sur des médicaments pour lesquels
des essais cliniques randomisés à grande échelle pourraient fournir des données manquantes quant à leur efficacité sur les cas légers et modérés. L’étude commencera par tester deux traitements : les antirétroviraux lopinavir/ritonavir (LPV/r) utilisés contre le VIH et l’antipaludique hydroxychloroquine (HCQ), qui reste le traitement standard contre la Covid-19 dans de nombreux pays africains.

L'institut national de recherche biomédicale de la RDC (INRB) fait partie des 26 membres du Consortium au côté de  Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi). 

Ange Makadi Ngoy