Nord-Kivu : Le gouverneur annonce la "reconstitution de la Brigade d'intervention de la Force de l'ONU pour plus de compétitivité face aux ADF"

Photo 7SUR7.CD

Alors que des manifestations populaires s'intensifient dans les villes de Beni et Butembo pour exiger le départ de la Mission de l'Organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO), le gouverneur de la région, Carly Nzanzu Kasivita annonce le renforcement de la capacité opérationnelle militaire de la force onusienne pour plus d'activités dans la traque des rebelles ADF.

Dans une conférence de presse animée ce mercredi 07 avril 2021 à Goma, Carly Nzanzu Kasivita a annoncé que la Brigade d'Intervention de la Force (FIB) de l'ONU, est en train d'être renforcée par de nouvelles unités étrangères pour plus de compétitivité afin de mettre un terme à la guerre de Beni.

« Par la diplomatie du chef de l'État, nous avions discuté avec la MONUSCO pour qu'on reforme la FIB et ce message avait été compris. Aujourd'hui on est en train de reconstituer la FIB à Beni et nous allons avoir des unités combattantes qui sont en train d'être déployées. Avant il y avait des tanzaniens, des malawites et aujourd'hui nous allons avoir des kényans, des népalais, qui vont s'ajouter aux contingents FIB et nous pourrions assister à la compétitivité mais aussi à une brigade plus réactionnelle comme celle qu'on a vue pendant les M23 », a déclaré Carly Nzanzu au micro tendu par 7SUR7.CD.

En revanche, l'autorité provinciale regrette le fait que l'ennemi est informé de cette reconstitution des forces côté gouvernement. Carly Nzanzu appelle ses administrés à se méfier des informations propagées par l'ennemi dans la communauté.

« Les ADF sont informés et c'est la raison pour laquelle aujourd'hui ils investissent dans ce que nous appelons l'intoxication. C'est pourquoi j'ai pensé qu'à travers vos micros il est nécessaire qu'on dise à la population de ne pas tomber dans les stratagèmes de notre ennemi commun qui est l'ADF », exhorte le gouverneur.

Il sied de noter que le Nord-Kivu fait face à une forme de violence armée sans précédent. Au mois de mars, une centaine de civils ont été tués dans la région de Beni et Irumu en Ituri d'après plusieurs rapports des organisations locales. Entre-temps, des manifestations s'intensifient dans la région, des mouvements citoyens réclament le départ des forces des Nations-Unies jugées laxistes.

Glody Murhabazi, à Goma