RDC : Le Dr Bruno Miteyo préconise l'organisation des états généraux de la profession vétérinaire afin de relever les défis du secteur

7SUR7

En séjour à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, le docteur Bruno Miteyo a participé, vendredi dernier, aux journées vétérinaires ouvertes organisées sous le thème : "L'exercice de la profession vétérinaire dans le Haut-Katanga : Quel avenir ?". Durant ces assises, le président de l'Ordre des médecins vétérinaires du Congo est revenu sur les défis majeurs de cette profession en République démocratique du Congo. Le Chef de la Maison Civile du Chef de l'État en a cité notamment : 

- Le non-accomplissement des missions de la profession vétérinaire (missions administrative, disciplinaire et consultative) ;

- La méfiance des opérateurs économiques vis-à-vis des vétérinaires ;

- L'inexistence ou la caducité des textes légaux de la profession vétérinaire ;

- L'insuffisance de mobilisation des ressources intérieures et extérieures ;

- L'insuffisance des équipements et matériels d'investissement ;

- Le mauvais état des infrastructures de base. 

"Dans l'ensemble, au niveau de la RDC, il faut dire que nous avons à peu près 90% des médecins vétérinaires qui sont des hommes contre seulement 10% qui sont des femmes. Donc, il y a encore un travail qu'il faut faire. 87% ont été formés au niveau de la Faculté mère de Lubumbashi, tandis que 6% à l'université de Graben (Butembo), 5% à l'UPN (Université pédagogique nationale) et 1% à l'Université de Kinshasa. Il faut dire que les médecins vétérinaires sont répartis inégalement dans l'ensemble du pays, la plupart sont concentrés dans les grandes villes comme Kinshasa et Lubumbashi (...)", a déclaré le Dr Bruno Miteyo.

Pour relever ces défis, le président de l'Ordre des médecins vétérinaires du Congo a fait plusieurs recommandations. Au gouvernement, il a notamment recommandé l'initiation d'un diagnostic multisectoriel pour améliorer le rapport entre la formation et la profession en inéquation avec l'environnement socio-économique du pays, la gestion rationnelle des ressources mises à la disposition des vétérinaires, l'investissement dans le secteur vétérinaire, mais aussi la mise en place d'un programme de formation continu des vétérinaires.

Par ailleurs, le chef de la Maison Civile du chef de l'État a recommandé l'organisation des états généraux de la profession vétérinaire en RDC. 

"La dynamique de la formation de la profession a évolué négativement en RDC. Cette dynamique de la formation et même de l'exercice de la profession vétérinaire a évolué négativement, au regard des potentialités, au regard des populations que nous avons, au regard de beaucoup d'autres facteurs. Je recommande l'organisation des états généraux de la profession vétérinaire en RDC en vue de tirer les leçons qui s'imposent et mieux baliser l'avenir", a indiqué le Dr Bruno Miteyo.

Pour rappel, le Chef de la Maison civ6ile du Chef de l'État a publié, au mois d'avril dernier, un ouvrage intitulé : "Dynamique de l'exercice de la profession vétérinaire en RDC (1960-2020)". Dans ce livre, le Dr Bruno Miteyo présente un état des lieux de la profession vétérinaire de l'indépendance jusqu'à l'année dernière.

Prince Mayiro