Désignation des membres de la CENI : LAMUKA insiste sur le consensus autour des réformes pour des élections crédibles

7sur7

La coalition LAMUKA dirigée par le tandem Muzito-Fayulu n'est pas concernée par le processus de désignation des animateurs de la centrale électorale. 

Dans une correspondance adressée le jeudi 22 juillet 2021 au président de l'Assemblée nationale Christophe Mboso, le coordonnateur de cette plate-forme politique a martelé sur la nécessité de trouver un consensus entre les parties prenantes autour des réformes institutionnelles afin d'éviter des futures élections truffées d'irrégularités. 

"En ce qui nous concerne, nous appelons à la réunion de toutes les parties prenantes pour s'accorder sur les réformes institutionnelles impératives en matière électorale en vue de l'organisation d'élections impartiales, crédibles et apaisées", a écrit Adolphe Muzito. 

Le président du parti politique "Nouvel Élan" a dénoncé la démarche de C. Mboso sur la mise en place des animateurs de la CENI. 

"La voie du dictat que vous avez choisie met en mal l'agencement constitutionnel de notre pays et l'expose, une fois de plus, à un processus électoral chaotique", a condamné A. Muzito. 

Il a interpellé le speaker de la chambre basse du parlement sur le fait que sa posture risque d'entraîner la fraude électorale comme en 2018 en faisant remarquer que "ces crises répétitives de légitimité sont sources d'instabilité et du non décollage du pays".

D'après le chronogramme publié le mardi 13 juillet dernier par le bureau de l'Assemblée nationale, les 15 membres du bureau (7) et de la plénière (8) de la CENI seront désignés par les différentes composantes du 14 juillet au 21 août de cette année. 

Merveil Molo