ONU : Tshisekedi appelle à des sanctions sévères contre les multinationales qui exploitent illégalement les minerais de la RDC et alimentent les groupes armés en munitions 

7sur7

Comme attendu, le président de la République démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a prononcé son discours à la 76ème assemblée générale de l'ONU ce mardi 21 septembre 2021 à New-York aux États-Unis d'Amérique. 

Plusieurs sujets ont été évoqués par le président Tshisekedi, notamment celui relatif à l'embargo sur les armes imposé en République démocratique du Congo. 

Le successeur de Joseph Kabila a tout simplement plaidé pour la levée de cette mesure car, a-t-il soutenu, le gouvernement de la République a la mission constitutionnelle de protéger la population et ses biens. 

"...en outre, il est essentiel que l'application à la République démocratique du Congo des mesures de notification préalables au Comité de Sanction de l'ONU, imposées par le paragraphe 5 de la Résolution 1807 pour toute importation d'effets militaires par le gouvernement de mon pays ou toute prestation d'assistance, conseil ou formation liée aux activités militaires des Forces Armées et de sécurité de la RDC, soient levées et ce, d'autant plus que le gouvernement a la mission constitutionnelle d'assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l'étendue du territoire national", a plaidé le chef de l'État congolais. 

Dans la foulée, Félix Tshisekedi a appelé à des sanctions sévères contre tous les réseaux mafieux, qu'il s'agisse des pays transits ou des destinations, ou encore contre les multinationales qui exploitent illégalement les minerais de la RDC et alimentent en échange les groupes armés en armes et munitions, pérennisant ainsi les conflits en RDC et dans la région des Grands Lacs. 

Pour rappel, le Conseil de sécurité avait adopté à l’unanimité en juin dernier, la résolution 2582 par laquelle, il a reconduit jusqu’au 1er juillet 2022 l’embargo sur les armes, l’interdiction de voyager et le gel des avoirs imposés en République démocratique du Congo.

Le Conseil avait réaffirmé que l’embargo sur les armes ne s’applique plus depuis la résolution 1807 (2008) au Gouvernement congolais mais bien aux personnes et entités que le Comité des sanctions créé en vertu de la résolution 1533 (2044) aura désignées lesquelles sont également la cible des autres mesures de sanction.

Jephté Kitsita