Batteries et véhicules électriques : Avec près de 70% de la production mondiale du Cobalt, la RDC occupe une position stratégique pour jouer un rôle de premier plan (F. Tshisekedi)

7sursept

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a lancé ce mercredi 24 novembre 2021, les travaux du "DRC Africa Business Forum 2021" qui se tiennent au Palais du Peuple, situé dans la commune de Lingwala à Kinshasa. 

Dans son allocution, le président de la République a fait savoir que DRC Africa Business Forum 2021 est un cadre adéquat pour penser à la transition des économies africaines, d'une croissance brune à une croissance verte plus résiliente et diversifiée.

« Ce forum constitue un cadre adéquat pour penser à la transition des économies africaines, d'une croissance brune à une croissance verte plus résiliente et diversifiée respectueuse de la préservation des systèmes écologiques et du capital naturel. En effet, la transition mondiale vers les énergies vertes et la décarbonisation des économies est une exigence de nos jours. Elle stimule la demande de certains métaux spécialement ce qui entre dans la fabrication des batteries pour le stockage d'énergies intermittentes et de la motorisation électrique », a déclaré Félix Tshisekedi.

À en croire le président en exercice de l'Union Africaine, la RDC occupe une position stratégique pour jouer un rôle de premier plan dans cette nouvelle perspective orientée.

« Il s'agit notamment du cobalt, du cuivre, du lithium, de l'étain, du nickel, du manganèse, de l'aluminium, des métaux dont la République Démocratique du Congo détient des réserves considérables. Prenons le cas du cobalt par exemple, aujourd'hui métal stratégique, la République démocratique du Congo en détient près de 70% de la production mondiale et détient les 2/3 des réserves mondiales reconnues, son sous-sol est ainsi doté d'importantes ressources minérales pouvant contribuer au développement des énergies propres. Ce qui place le pays dans une position stratégique pour jouer un rôle de premier plan dans cette nouvelle perspective orientée », a-t-il renchéri. 

Pour Félix Tshisekedi, le continent africain devrait améliorer l'intégration du secteur extractif aux autres secteurs de l'économie

« Ces assises nous donnent l'occasion de capitaliser les opportunités d'investissement et aussi de réfléchir sur le développement d'une chaîne de valeur régionale pour l'industrie des batteries dans un contexte d'intégration régionale d'industrialisation de l'Afrique et de transition énergétique. Le continent africain devrait améliorer l'intégration du secteur extractif aux autres secteurs de l'économie en vue de créer une véritable chaîne de valeur et de promouvoir son industrialisation », a martelé Félix Tshisekedi. 

Rappelons par ailleurs que ces assises co-organisées avec la Commission économique des Nations-Unies pour l’Afrique, a pour but de stimuler le développement d’une chaîne de valeur et d’un marché dynamique pour les batteries, véhicules électriques et énergies renouvelables en Afrique.

Le thème choisi est : « Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, du marché des véhicules électriques et des énergies propres ».

Jephté Kitsita