Mines : "A ce jour, nous ne voyons pas l'apport de la société SICOMINES au Lualaba" (Fifi Masuka)

7SUR7

La SICOMINES est très mal vue par les autorités Congalaises qui l’accusent de profiter des minerais de la RDC sans en faire profiter à l’Etat et à sa population.

Après les critiques de l’ITIE-RDC, c’est autour de la gouverneur a.i. du Lualaba, province où opère cette société minière, de se plaindre.

Fifi Masuka et les dirigeants de Sicomines se sont rendus ce mardi 30 novembre dans les locaux du président du Senat,  Modeste Modeste Bahati LUkwebo pour trouver un compromis. 

La gouverneure a.i du Lualaba a accusé SICOMINES de ne pas payer ses impôts et taxes à la province du Luluaba.

De son coté, Sicomines a rappelé qu’elle bénéficie des exonérations, se basant sur la convention signée entre la RDC et la Chine.

"A ce jour , comme nous l'avons dit au président du sénat, nous ne voyons pas l'apport de la société SICOMiNES au niveau de la province du Lualaba. Bien qu'au niveau du pays, la société SICOMINES est en train d'intervenir. Mais on ne peut pas servir le reste de la République et oublier totalement la province du Lualaba", a dit à la presse Fifi Masuka.

La gouverneure ad interim du Lualaba assure par ailleurs que les deux parties ont décidé, grâce à la médiation du président du sénat, de se mettre à  table durant deux ou trois jours pour trouver des projets favorables à la province. 

"Nous avons échangé nos avis là-dessus et nous avons trouvé des compromis de bonne marche de deux parties... pour pouvoir nous mettre ensemble, essayer de chercher des projets sociaux qui vont donner aussi des avantages à la population du Lualaba. Nous allons travailler pendant, peut-être, deux ou trois jours pour que nous puissions sortir avec des projets favorables à la province du Lualaba", a-t-elle poursuivi.

Sicomines est une coentreprise issue du partenariat entre la RDC, à travers la Gecamines, et un groupe d’entreprises Chinoise.

Le partenariat a été conclu en 2009. Contre des minerais, les entreprises chinoises devaient mobiliser 6.2 milliards $. 3 milliards pour les infrastructures et 3.2 pour développer une mine de cuivre au Lualaba.

En plus de 10 ans, près de 1 milliard $ seulement ont été mobilisés dans le volet infrastructures. Et son affection est dénoncée par la société civile. 

Bien que la mine soit déjà en production, sa gestion et son dimensionnement suscitent de vives critiques de la part de la société civile. Le président Tshisekedi a demandé à ce qu’il y ait un rééquilibrage de ce contrat.

Dans ce contrat des "ressources naturelles contre infrastructures", la RDC via la Gecamines a 32% des parts contre 68% pour quatre entreprises chinoises, signataires du contrat.

Moïse Dianyishayi