Procès Rossy Mukendi : La famille réclame 9 millions USD pour réparation des préjudices subis

7SUR7.CD

La plaidoirie a démarré à l'audience de ce lundi 6 décembre 2021 devant la Cour militaire de Kinshasa-Matete siégeant en première instance sur le procès de l'activiste pro-démocratie Rossy Mukendi dans l'enceinte de la prison militaire de Ndolo. 

Les avocats des parties civiles ont été les premiers à prendre la parole pour présenter leurs conclusions des faits. 

Au nom des membres de la famille de R. Mukendi, Me David Tshimanga a demandé la somme globale de 9 millions USD pour la réparation des préjudices subis. 

« Je parle des premières parties civiles. En l'occurrence Nathalie Kalanga, Kanku Mireille, Arsène Mbuyi Tshimanga qui sollicitent que vous condamniez les prévenus ensemble avec l'État congolais à leur payer chacun l'équivalent en francs congolais de la somme de 2 millions de dollars américains pour la réparation des préjudices subis. Concernant les trois dernières parties civiles qui se sont constituées, elles exigent le paiement de la somme d'un million de dollars américains à chacune et au meilleur taux de change pour les préjudices subis », a-t-il dit à la Cour. 

Pour lui, le paiement de cette enveloppe à titre des dommages et intérêts rendra justice à la famille.

« Quand vous allez faire celà, Dieu qui vous a établi juges, sera très fier de vous. L'épée qu'on vous a donné pour sanctionner ceux qui font du mal, vous l'aurez utiliser à bon escient. Lorsque vous allez le faire, vous rendrez justice à la famille. Ce procès qui a tant duré, permettra à ce qu'en une fois, que la réparation puisse faire oublier tant bien que mal la souffrance qu'a subie pendant plusieurs années les parties civiles », a souligné Me Tshimanga. 

Le mouvement citoyen « Les Congolais Débout », dont R. Mukendi fût membre a réclamé son indemnisation par la somme de 2 millions de dollars américains par les prévenus et la République démocratique du Congo (partie civilement responsable étant donné que les prévenus sont des policiers). 

La commissaire supérieure Carine Lokeso, son garde du corps, Franco Bivuala (en cavale) et le brigadier en chef Tokis Nkumbo sont poursuivis pour violation des consignes et meurtre en participation criminelle. 

Merveil Molo