RDC : L'archevêque de Lubumbashi réclame une enquête contre les auteurs de la "répression violente" de la marche pro-Ngoy Mulunda

Marche de soutien à Ngoy Mulunda. Photo 7SUR7.CD

Dans un communiqué de presse signé le mercredi 19 janvier 2022 et parvenue à 7SUR7.CD ce jeudi, l'archevêque métropolitain de Lubumbashi dans le Haut-Katanga, Monseigneur Fulgence Muteba dit condamner « l'usage intentionnel et disproportionné de la force répressive » par des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) pour étouffer la marche organisée par les membres du parti Alliance des Forces pour le Bien-être des Congolais (AFBC) de Néné Nkulu.

Pour l'archevêque métropolitain de Lubumbashi, le recours à la force et à la violence constitue « une violation flagrante du droit de manifester » reconnu par les instruments juridiques.

« Je suis extrêmement préoccupé et consterné par la répression violente, mercredi 18 janvier 2022 sur l'avenue Kasavubu dans la commune de Lubumbashi, d'une marche pacifique dûment autorisée par l'autorité urbaine, qui s'est malheureusement soldée dans le chaos et a causé plusieurs blessés. Je condamne vigoureusement l'usage intentionnel et délibérément disproportionné de la force répressive. Tout bien considéré, le recours à la force et à la violence constitue une violation flagrante et intentionnelle du droit de manifester pacifiquement reconnu à la fois par la Charte des Nations Unies et par la constitution de notre pays », lit-on dans ce document.

Par ailleurs, Monseigneur Fulgence Muteba a demandé aux autorités provinciales du Haut-Katanga qu'une enquête soit ouverte pour établir des responsabilités et faire en sorte que les peuples congolais vivent dans la paix et le bien-être dans cette agglomération.

« Considérant la gravité des incidents déplorables d'hier, je demande qu'une enquête soit diligentée et que pour servir de leçon, les coupables soient déférés devant les Cours et Tribunaux pour répondre de leurs actes. Aussi, j'invite les autorités publiques du Haut-Katanga à tout mettre en œuvre pour ne pas entraver la quête inlassable du Bien commun et le (vivre-ensemble), si précieux et si indispensable pour la paix, le bien-être et le développement dans notre chère province », a souhaité le responsable de l'église catholique dans cet archidiocèse.

Rappelons que, le mardi 18 janvier dernier, la marche organisée par les  membres du Front Commun pour le Congo (FCC) de l'ancien président Joseph Kabila a été dispersée par les éléments de la Police. Une situation qui a été aussi condamnée par Moïse Katumbi, président du parti Ensemble pour la République, membre de l'Union sacrée de Félix Tshisekedi.

Patient Lukusa, à Lubumbashi