Nord-Kivu : Gaz lacrymogènes pour disperser une nouvelle manifestation anti-état de siège à Beni

Photo tiers

Une nouvelle manifestation contre le maintien de l'état de siège est en cours ce mercredi 26 janvier 2022, en commune Mulekera, dans la ville de Beni (Nord-Kivu). Les services de sécurité recourent aux bombes à gaz lacrymogènes et tirs de sommation pour contenir la situation. 

Des jeunes manifestants sont de nouveau descendus dans les artères, barricadant les tronçons routiers pour exiger la levée de la mesure exceptionnelle mise en place au Nord-Kivu et en Ituri au mois de mai 2021, par le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. 

Les quartiers les plus touchés par ce nouveau soulèvement populaire sont notamment Butsili, Ngongolio et une partie de celui de Kalinda. Ici, des éléments de l'ordre font usage de bombes à gaz lacrymogènes et tirs de sommation pour disperser les manifestants.

L'on rapporte de nombreux dégâts matériels dès les heures matinales. Il s'agit notamment du bureau du quartier Butsili vandalisé et une moto d'un agent de l'ordre incendiée à Macampagne. Le bureau administratif de la jeunesse de la commune de Bungulu a également été rendu en cendre par des inconnus .

Les activités socioéconomiques tournent, en conséquences, au ralenti dans cette partie de la ville de Beni. Des écoles, boutiques, magasins sont fermés. Le secteur de transport en commun est aussi touché. 

C'est depuis le lundi dernier que des mouvements citoyens et groupes de pression ont appelé à manifester contre l'état de siège à Beni. Une situation qui a occasionné la mort, par balle policière, d'un jeune militant de la LUCHA. 

Bantou Kapanza Son, à Beni