RDC - l'an 1 de l'état de siège : « Les gens dorment sans problème, le territoire de Beni est pratiquement sécurisé » (Général Sylvain Ekenge)

Photo 7SUR7.CD

Des réactions fusent de partout, un an après l'instauration de l'état de siège dans deux provinces de l'Est de la République démocratique du Congo, par le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Le cas pour le porte-parole du gouverneur du Nord-Kivu, le général Sylvain Ekenge, qui affirme que le territoire de Beni est pratiquement sécurisé. 

Dans une interview exclusive à 7SUR7.CD ce vendredi 06 mai 2022, il dit noter beaucoup d'évolutions sur le plan sécuritaire principalement dans la région de Beni où les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) combattent les rebelles d'Allied democratic forces (ADF).

« Sur le terrain, il y a beaucoup d'avancées qui ont été enregistrées. Aujourd'hui, les gens dorment sans problème. Il n'y a pas de coup de feu. Moi-même, je viens de passer plusieurs jours dans la région de Beni. Il y a du calme. Dans le petit Nord, beaucoup de combattants se sont rendus (plus de 2000). Aussi, dans le Grand Nord, on a neutralisé plusieurs rebelles ADF et d'autres capturés dont des étrangers sans compter des armes récupérées. Le territoire de Beni est pratiquement sécurisé. Mais, il reste quelques poches de résistance des rebelles notamment dans le Ruwenzori et Bashu. L'armée du pays en collaboration avec l'UPDF travaillent durement pour en finir », a fait savoir à 7SUR7.CD, le général Sylvain Ekenge.

Il a également évoqué une évolution positive sur le plan du développement depuis la mise en place de l'état de siège. 

« Il y a des routes rouvertes pour faciliter la communication entre les entités longtemps isolées suite aux attaques rebelles. Cela fait suite aux contrôles des entités par l'armée et les autorités de l'état de siège », s'est-il félicité.

Le général Sylvain Ekenge indique tout de même que les autorités installées dans le cadre de l'état de siège sont prêtes à laisser « place » à celles « civiles » si jamais le président de la République déclarait la levée de cette mesure exceptionnelle. 

« Le gouverneur et toute son équipe n'ont pas fait une demande d'emploi pour devenir ainsi. Le jour où le président va lever la mesure, nous allons fermer nos valises pour aller assumer d'autres responsabilités d'auparavant. Un militaire ne cherche pas un emploi, il est désigné », a-t-il déclaré.

La mesure d'état de siège a totalisé une année ce vendredi 06 mai 2022. Elle a été instaurée au Nord-Kivu et en Ituri par le Chef de l'État avec comme objectif d'anéantir les groupes armés dont les plus agressifs sont les rebelles d'Allied democratic forces. Mais, la société civile voire de nombreuses autres organisations citoyennes ne cessent de décrier cette mesure qu'elles trouvent « inefficace » pour pacifier l'Est du pays.

Bantou Kapanza Son, à Beni