Nord-Kivu : Le Rwanda et l'Ouganda cités dans l'attaque contre la cité de Bunagana

Photo Tiers

Des combats opposent depuis dimanche les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) aux rebelles du M23 « appuyés par le Rwanda » dans la cité de Bunagana, près de Goma (Nord-Kivu). Jusqu'à ce lundi 13 juin 2022, des mouvements migratoires sont signalés vers l'Ouganda. 

Une source proche de l'administration militaire du territoire de Rutshuru révèle à 7SUR7.CD que le M23 contrôle la cité de Bunagana et bénéficie de l'appui du « Rwanda et de l'Ouganda » au front. Elle renseigne tout de même que la plupart des habitants de Bunagana ont trouvé refuge notamment en Ouganda.

« Il y a l'ennemi qui est venu par derrière. C'est contrôlé par le M23 avec ses alliés l'Ouganda et le Rwanda. Juste la cité est contrôlée par l'ennemi, 6 à 7 kilomètres. La douane ne fonctionnait plus depuis que ça a dégénéré. Tous ceux qui travaillent là-bas se sont réfugiés en Ouganda. Le système ne fonctionnait pas suite à l'insécurité sur la route. À Tchanzu c'est toujours le M23. Mais, sur d'autres collines les FARDC sont encore là. Là où il y a des échanges des tirs, la population ne pouvait pas y rester. Il y a eu des résistances. Une bonne partie s'est réfugiée en Ouganda (...) », confie-t-elle.

La veille, l'armée congolaise par l'entremise du porte-parole du gouvernement provincial du Nord-Kivu, le Général Sylvain Ekenge, a accusé le Rwanda de vouloir occuper la cité frontalière de Bunagana avec comme objectif de « paralyser l'économie de la ville de Goma ». Depuis, des affrontements s'y sont poursuivis jusqu'à ce lundi.

Alphonse Muderwa