Kinshasa : Des journalistes formés sur la couverture des problématiques de pollution plastique en RDC

Droits tiers

Plusieurs journalistes de Kinshasa et du Kongo-Central ont entamé ce lundi 27 juin 2022, une formation sur la couverture des problématiques de pollution plastique en RDC.

Pour une durée de 3 jours, cette formation est organisée par Internews, en collaboration avec la fondation française TaraOcéan.

Pour cette première journée, deux spécialistes de la fondation TaraOcéan ont exposé sur l'ampleur de plastiques dans la nature, particulièrement dans les océans. Il s'agit de Jean-François Ghiglione qui est également chercheur au Centre national de recherche scientifique (CNRS - France) et de Henri Bourgeois-Costa. Ce dernier s'occupe de l'économie circulaire à la fondation TaraOcéan.

L'intervention de Jean-François Ghiglione a tourné autour du thème "les microplastiques à la loupe". A l’en croire, 8 à 12 millions de tonnes de plastiques arrivent dans les océans chaque année alors que les micro et nanoplastiques sont 100 à 100.000 fois plus nombreux que les grands microplastiques dans la nature.

Comme l'une des conséquences de cette pollution dans la nature sur les êtres vivants,1,4 million d'oiseaux en meurent par an et 14.000 mammifères également en périssent annuellement. 

Concernant le deuxième intervenant qui est Henri Bourgeois-Costa, il a soutenu que l'économie circulaire n'est pas uniquement le recyclage comme d'aucuns le croiraient. Pour plus de résultats, il a plutôt préconisé l'application de la règle de 3R (Réduction - Réemploi - Recyclage) dans la quête des solutions innovantes pour la transition plastique.

Les deux scientifiques ont souligné que les plastiques sont faits pour durer longtemps et que le recyclage n'est pas une solution idéale comme on l'exalte. D'où, la seule solution est de penser à l'abandon total de la production du plastique par les industriels, ont-ils soutenu.

A l'horizon 2040, les scientifiques prévoient la multiplication par 3 du plastique dans la nature si rien n'est fait. Par contre, si les actions concrètes sont entreprises, la réduction sera de 78%.

Pour rappel, plus de 150 Etats, notamment la RDC, et des ONG ont voté en mars dernier à Nairobi, la résolution qui autorise officiellement l'ouverture des négociations pour la mise en place d'un traité mondial "juridiquement contraignant" sur la pollution plastique d'ici fin 2024.

Bienfait Luganywa