Kasaï-Oriental : 80.000 ménages desservis en eau grâce au projet PRISE à Miabi et Lupatapata

Photo 7SUR7.CD

Trois châteaux d'eau construits par le Projet de renforcement des infrastructures socio-économiques (PRISE) ont été inaugurés le lundi 01 août 2022, dans les territoires de Lupatapata et Miabi au Kasaï-Oriental. La cérémonie a été présidée par le ministre d'État en charge de Développement Rural, François Rubota. 

S'exprimant devant la population du territoire de Miabi qui fût sa première étape, le ministre d'État en charge de Développement Rural a indiqué que la réalisation de cet ouvrage s'inscrit dans le cadre du développement à la base voulu par le chef de l'État.

« Vous savez que le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, met un accent sur le développement à la base. Lors de la prise de nos fonctions, il nous avait demandé d'accompagner cette vision. Comme vous le savez, la population en milieu rural consommait une eau pas potable. Je crois qu'avec la remise de ces ouvrages, cette peine peut passer. Notre appréciation est très bonne. Elle n'est pas seulement de nous mais aussi de tout le gouvernement et la Banque africaine de développement. Si elle ne l'était pas, je crois qu'on allait pas parcourir ces distances pour venir remettre ces ouvrages », a déclaré François Rubota.

Le coordonnateur du projet PRISE, Déo Nsunzu, a par ailleurs indiqué qu'environ 80.000 ménages pourront être desservis grâce à ces différents réseaux d'adduction d'eau construits dans les territoires de Miabi et Lupatapata.

« Le château d'eau construit ici a un réservoir de 150 mettre cube de capacité. Il y a une unité de coloration, un local technique avec 17 bornes fontaines reliées au réseau d'adduction. La réhabilitation des ouvrages et activités du projet PRISE permettront de satisfaire les besoins d’infrastructures, d’eau et assainissement à environ 2 millions 700 milles personnes reparties dans les cinq provinces dont 2 millions 6 milles individus directement concernés par l’eau potable et 3.700 concernés par l’assainissement collectif », a-t-il fait savoir.

Il sied de signaler que d'ici quelques mois, la Banque africaine de développement (BAD) va également financer la deuxième phase du projet PRISE, évaluée à plus 70 millions $.

Kazadi Lukusa, à Mbuji-Mayi

Étiquettes