RDC : Le parti de Muzito demande au Gouvernement de s'assurer que la réévaluation du Plan de retrait de la MONUSCO n'impacte pas le processus électoral 

Droits tiers

Le parti Nouvel Élan de l'ancien premier-ministre congolais Adolphe Muzito prend acte de l'option levée par le  gouvernement congolais  sur la réévaluation du Plan de retrait de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO).

Nouvel Élan invite, par contre, le gouvernement a s'assurer que cette décision ne serve pas de prétexte pour dépasser même d'une seule seconde, le délai constitutionnel de l'organisation des élections. 

"En ce qui concerne les élections, il est vrai que la MONUSCO, sur le plan logistique était d'un apport considérable et je crois que le gouvernement prendra ses responsabilités pour combler ce vide...", a dit, ce jeudi 4 août 2022 à la presse Blanchard Mongomba, secrétaire général du parti.

Et de poursuivre : "Si vous lisez déjà la résolution 26/12 du 20 décembre 2021 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, tous ces mécanismes étaient prévus parce qu'il est dit clairement qu'il faut travailler dans le sens de laisser au gouvernement de la République démocratique du Congo une gestion responsable. C'est-à-dire la MONUSCO devrait travailler de manière à combler les  vides qui seraient constatés si jamais l'option était levée.  Maintenant que l'option est levée et que la MONUSCO doit partir, je crois que le gouvernement ne trouvera pas de prétexte parce que c'était connu depuis 2021".

Par ailleurs, le secrétaire général de ce parti membre de l'opposition s'est également félicité de l'affectation de plus des fonds supplémentaires à l'armée congolaise, une proposition faite, rappelle-t-il, par le leader de Nouvel Elan Adolphe Muzito afin de booster l'action des FARDC dans l'est de la République notamment.

"J'ai vu qu'il y a une loi sur la programmation militaire qui a été promulguée et je m'en félicite parce que je me rend compte que finalement la proposition de Nouvel Elan et Adolphe Muzito a été finalement récupérée...maintenant il reste que ceux qui gouvernent nous présentent comment ils vont ventiler cette enveloppe de manière à ce qu'il y ait un quota réservé aux primes et soldes de militaires, un quota réservé à l'achat de munitions et un autre au fonctionnement de cet appareil militaire", a-t-il ajouté.

Notons qu'à ce jour, la MONUSCO s'est totalement retirée de deux régions à savoir le Kasaï et le Tanganyika suite au plan de retrait progressif et échelonné adopté en septembre 2021 avec le gouvernement congolais. Ce plan avait été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies. 

Moise Dianyishayi