RDC : « Le Congo sans pauvreté promis par Félix Tshisekedi en 2019 se fait toujours attendre », (LUCHA)

Droits tiers

Dans son rapport sur la gouvernance du président de la République pour l'année 2022 intitulé : « La RDC s'enfonce sous Felix Tshisekedi » et publié ce mardi 24 janvier 2023, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) peint un tableau sombre de la situation globale de la République démocratique du Congo. 

À une année de la fin du mandat du successeur de Joseph Kabila, cette organisation constate que ce dernier n'a pas réussi à améliorer les conditions de vie des Congolais. 

« Comme les années précédentes, 2022 a aussi été une année durant laquelle les institutions et leurs animateurs ont maintenu un train de vie élevé, s'attribuant une 
bonne partie des revenus nationaux au détriment de la population congolaise. La corruption, le détournement et le trafic d’influence demeurent tolérés par la classe dirigeante. Ainsi, le Congo sans pauvreté promis aux Congolais par le président Félix Tshisekedi lors de son arrivée au pouvoir en 2019 se fait toujours attendre
», peut-on lire dans ce rapport. 

Pour tant soit peu inverser la tendance, la LUCHA martèle sur la réduction drastique du train de vie des institutions. 

En ce qui concerne les élections qui se profilent à l'horizon, cette structure déplore le fait que « Felix Tshisekedi a renforcé son contrôle sur les autres institutions de la République avec comme objectif principal la prise en otage du processus électoral ». 

En vue de mettre fin aux crises récurrentes de légitimité qui ont des conséquences graves sur la sécurité et la souveraineté du pays, elle invite le chef de l'État à répondre aux exigences de la classe politique et de la société civile quant à la régularité, la transparence, la crédibilité et l'inclusivité du processus électoral en cours. 

Sur le plan sécuritaire marqué notamment par la brouille entre Kinshasa et Kigali depuis la résurgence du M23, la LUCHA regrette des décisions politiques hasardeuses qui mettent en péril la stabilité et la paix de la RDC. 

« Au cours de l’an 4 de l’administration Tshisekedi, les promesses et engagements politiques pour l’amélioration de la qualité de vie des Congolais se sont poursuivis. Néanmoins, les agissements des dirigeants se sont rarement alignés dans le sens de ces engagements. Au contraire, les décisions politiques hasardeuses dans certains secteurs comme la sécurité, ont aggravé la situation et constituent des menaces sérieuses pour la stabilité et la paix de la République Démocratique du Congo à l’avenir », souligne-t-elle.

De plus, elle note une hausse des violations des droits Humains et la restriction de l’espace civique est renforcée, essentiellement dans les provinces sous état de siège. 

De ce fait, la LUCHA recommande une fois de plus la levée de cette mesure. Elle souligne également la nécessité de réformer l'armée et la police afin de rendre ces deux services républicains, professionnels, dissuasifs et capables d'assumer pleinement leurs missions. 

Merveil Molo