Ituri : Plusieurs civils tués par des inconnus armés à Irumu

Publié dim 18/10/2020 - 06:45
Photo 7SUR7.CD

Des hommes armés non autrement identifiés ont tué plusieurs personnes dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 octobre 2020, dans deux villages de la chefferie des Mobala en territoire d'Irumu, province de l'Ituri.

Selon Jean-Pierre Lemabo, chef de ladite chefferie, au total 10 personnes ont été tuées à coups de machette aux villages Mayanza et Batibi à Irumu, chef-lieu du territoire portant le même nom.

« On nous a signalé qu'il y a eu deux familles qui ont été exécutées par la machette et couteau. La première famille comprend 6 personnes et la deuxième 5. Un enfant de la première famille a été grièvement blessé puis conduit dans une structure sanitaire de la place. Donc jusque là, ça fait 10 morts et 1 blessé », a expliqué ce chef coutumier dans une interview au téléphone accordée à 7SUR7.CD.

Il indique que les corps des victimes ont été exposés devant le bureau administratif du territoire d'Irumu.

Face à cette situation, Jean-Pierre Lemabo plaide pour un renforcement de dispositif sécuritaire dans cette région.

De son côté, Adjio Gidi, ministre provincial de l'Ituri en charge de l'intérieur dresse un bilan de 5 personnes tuées et un blessé grave.

« D'après des informations à notre possession, jusque là, on a noté la mort de 5 personnes, un mineur a été blessé. Il y a eu des affrontements entre les communautés Bira et Hema vivant dans cette partie de l'Ituri », a déclaré ce membre du gouvernement provincial.

Le massacre de ces civils a suscité une vive tension ce samedi 17 octobre 2020 à Irumu et aux alentours, où des jeunes de ces deux communautés ont érigé des barrières pour exiger de l'argent et des cartes d'identité à tout voyageur sur la Route Nationale Numéro 27(RN27) qui traverse cette région.

Plusieurs habitants des localités où les massacres ont eu lieu se sont déplacés dans des agglomérations voisines, notamment au centre de négoce de Komanda, toujours en territoire d'Irumu.

Toute fois, un renfort militaire a été dépêché sur le lieu afin de calmer la tension et rétablir l'ordre, souligne le ministre provincial de l'intérieur.

Il sied de noter qu'une tension s'observe entre les communautés Hema et Bira depuis plusieurs mois en territoire d'Irumu.

Séraphin Banangana depuis Bunia