Reprise audiences sur la guerre de ''6 jours'' à Kisangani : la RDC espère enfin le versement de 10 milliards $ aux victimes par l’Ouganda (André Lité)

.

Le gouvernement congolais dit espérer qu'entre 6 et 10 milliards $, au titre des réparations dues aux victimes de l'affrontement entre les armées rwandaise et ougandaise à Kisangani en 2001,  soient finalement versées par Kampala, conformément à l'arrêt rendu depuis lors par la Cour lnternationale de Justice (CIJ). 

C’est le ministre des droits humains, André Lite Asebea, qui l’a déclaré mercredi 7 avril, après l'annonce par le service de presse de cette juridiction, de la tenue des audiences publiques sur la question des réparations entre le mardi 20 et le vendredi 30 avril 2021.

"Le gouvernement y est engagé, tout naturellement, en vue de donner effet à l'arrêt qui a condamné depuis lors, l’Ouganda au paiement desdites réparations en faveur des milliers de victimes des guerres de Kisangani tristement connues sous le vocable populaire de guerre de 6 jour", a-t-il déclaré.

A. Lite affirme que le gouvernement se tient aux côtés d'innombrables victimes de la ville de Kisangani quant à ce.

En effet, c'est depuis décembre 2005, et ce, après plus de 5 ans de procès, que la Cour avait rendu son verdict condamnant Kampala d’avoir "violé ses obligations en vertu du droit international", en raison des guerres successives qui l'avaient opposé aux forces armées rwandaises dans la ville de Kisangani, chef-lieu de l'actuelle province de Tshopo en juin 2000, alors que ces pays voisins soutenaient, respectivement, les rébellions du Mouvement de libération du Congo (MLC) et du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD).

Après le prononcé de l’arrêt, l’Ouganda devrait donc négocier avec la RDC, sur les modalités de dédommagement, en vain.

10 ans plus tard, estimant que lesdites négociations avaient échoué, la RDC a demandé à la Cour de fixer le montant des réparations dues par celui-ci.

C'est en principe en 2019 que les "audiences publiques consacrées à cette question, aurait dû reprendre, sur demande conjointe formulée par les parties, dans une lettre en date du 9 novembre 2019".

Seulement, la cour avait décidé d'un report sans donner une nouvelle date, avant de nommer, en septembre dernier, les experts chargés de l'évaluation des préjudices et dégâts subis par la partie congolaise.

À ce jour, la RDC reclame entre 6 à 10 milliards de dollars de dédommagement à l’Ouganda, pour les "actes de destruction intentionnelle et de pillage" ainsi que la restitution des biens et ressources nationales dérobés à l'occasion.

Gloria Mbuya